header photo

Beach Boys . fr

... in our room ...

Libérez Mike

Unleash the love Unleash The Love est le titre du second album solo de Mike Love, à paraître début décembre sur le label The End Records (BMG). Il comprend 13 titres produits par Michael Lloyd, dont une reprise de Getcha Back avec John Stammos, Pisces Brothers, chanson connue depuis 2014, ode au Maharishi Mahesh Yogi et à la méditation et que les Beach Boys jouent sur scène à l'occasion du Wild Honey Tour et Daybreak Over The Ocean qui figurait sur l'album de la reformation de 2012.
Pour le meilleur ou pour le pire, un disque bonus propose 12 reprises de classiques des Beach Boys.
Sortie le 1er décembre 2017 en vinyle et cd.

    Disque 1 :
  1. All the Love in Paris (feat. Dave Koz)
  2. Getcha Back (feat. John Stamos)
  3. Daybreak Over the Ocean
  4. I Don’t Wanna Know
  5. Too Cruel
  6. Crescent Moon
  7. Cool Head, Warm Heart
  8. Pisces Brothers
  9. Unleash The Love
  10. Ram Raj
  11. 10,000 Years Ago (feat. John Stamos)
  12. Only One Earth
  13. Make Love Not War
    Disque 2 :
  1. California Girls
  2. Do It Again (feat. Mark McGrath and John Stamos)
  3. Help Me Rhonda
  4. I Get Around
  5. Warmth of the Sun (feat. Ambha Love)
  6. Brian’s Back
  7. Kiss Me Baby
  8. Darlin’ (feat. AJR)
  9. Wild Honey (feat. John Cowsill)
  10. Wouldn’t It Be Nice
  11. Good Vibrations
  12. Fun, Fun, Fun

Surfers Rules #25.1

  • François Gorin nous offre sur son fantastique blog Les Disques Rayés un article en deux parties consacré à Dennis Wilson : Vague à l'âme et Mâle de mer, Un coup de Bambu et la noyade.
  • Sur le même sujet, l'héritage du beach Boy perdu (en anglais).
  • Et pendant qu'on parle de l'homme, signalons ce nouveau livre signé Ken Sharp, Dreamer, The Making of Dennis Wilson's Pacific Ocean Blue.
  • Très belle relecture de I Just Wasn't Made For These Times par Jim Janes (The Morning Jacket) sur son nouvel album de reprises, Tribute to 2.
  • Les métalleux de Avenged Sevenfold s'attaquent, eux, à God Only Knows.
  • Pour le 55ème anniversaire de sa parution, l'album Surfin' Safari fait enfin l'objet d'une édition vinyle complète en France sous le simple nom de Surfin'. Complète mais dans le désordre : l'ordre original des titres est totalement chamboulé. Belle pochette avec une photo issue de la séance originale (nos Boys, la plage et le Woody) et petit prix (Wagram Music - 3349946 - 2017).
  • Le Never Ending Tour de Brian Wilson semble continuer sa route en 2018. Trois dates sont annoncées à Nashville (USA), du 10 au 12 mai, au Schermerhorn Symphony Center. Outre ses compères habituels, Brian sera accompagné sur scène par le Nashville Symphony.
  • The Salvation of Brian Wilson, un bel article signé Jason Fine dans le magazine américain Rolling Stone
  • Le troisième tome de la série signée Andrew Hickey, The Beach Boys on CD Volume3, 1985-2015, a paru en juillet dernier.
  • Le n°119 d'Endless Summer Quarterly (automne 2017) est centré sur le projet Lei'd In Hawaii. Au sommaire également, des interviews de Dean Torrence autour de l'album perdu/retrouvé, Filet of Soul et des soeurs Wilson sur leur album de 1997.
  • Le magazine en ligne Maze rembobine The Millenium.
  • Le site en anglais The Second Disc parle de Playback - The Brian Wilson Anthology.
  • Love & Mercy, cinéma ou réalité ?
  • Le label japonais Vivid Sound consacre une deuxième compilation à la carrière de Jeffrey Foskett, You Remind Me of The Sun.
  • Encore une interview de Brian WIlson où il est question d'un (im)probable futur album de reprises de rock'n roll mais surtout l'occasion de voir et entendre une nouvelle version studio de Wouldn't It Be Nice, gorgée d'âme, avec Matt Jardine au lead vocal.

Dans la presse #10

  • Chroniques de Playback - The Brian Wilson Anthology dans le numéro 207 (novembre/décembre 2017) de Magic (Vincent Théval), le numéro 603 (novembre 2017) de Rock & Folk (Nicolas Ungemuth) et le n° 2 (oct/nov 2017) de Wax Mag (Denis Roulleau).
  • Yves Bigot raconte son concert du Pet Sounds 50th Anniversary Tour au festival de Montreux en juillet dernier dans Rolling Stone n° 98 (octobre 2017).
  • Jean-Christophe Bauge était au festival Retro C Trop pour Rock & Folk (#600 - août 2017). Il y a vu les Beach Boys de Mike Love et Bruce Johnston.

Brian Wilson, Théâtre Antique de Fourvière, 17 juillet 2017

C’était mon troisième concert de Brian en un an et il gardera une saveur particulière sans doute due au cadre exceptionnel du théâtre de Fourvière ainsi qu’à la performance du groupe. Quant à Brian, c’était sans doute sa pire prestation : il avait mieux chanté à Londres l’année dernière et semblait en meilleure forme à Paris en octobre. Il a ici fait le strict minimum voire moins, se contentant la plupart du temps d’expédier ses parties vocales, quand il ne massacrait pas purement et simplement les titres de Pet Sounds, restant surtout figé face à un piano inutile. Les membres du groupe en avaient d’ailleurs conscience, tentant régulièrement de suppléer ses manques évidents. On dira, et on l’a dit, qu’il devrait arrêter les tournées ; ça devient effectivement urgent. Néanmoins, ce concert fut paradoxalement magnifique et le mérite en revient uniquement au groupe, d’abord appliqué puis de plus en plus libéré, jusqu’à entraîner le public – ou est-ce le public qui l’a entraîné ? - dans un final grandiose.
Mais, reprenons dans l’ordre. A 21 heures précisément, le groupe entre en scène, suivi d’un Brian trottinant jusqu’au piano. Et c’est le début de la première partie enchaînant les habituels California Girls, I Get Around, Little Deuce Coupe, Little Honda. Blondie Chaplin pointe de temps en temps le bout de son nez, manifestement impatient d’entrer dans le vif du sujet. Et puis, c’est la reprise d’Aren’t You Glad, première surprise, fort bienvenue, d’autant qu’elle coïncide avec la sortie récente de la version stéréo de Wild Honey. Le spectateur un peu blasé que j’étais jette alors un regard plus attentif sur ce qui se déroule sur la scène. Quelques titres plus tard, c’est au tour de Let Him Run Wild de me tirer de ma torpeur puis Blondie entre en scène avec Feel Flows, récemment intégré dans le répertoire, puis Wild Honey et son désormais célèbre solo de guitare, enfin Sail On, Sailor qui clôt comme d’habitude une première partie très convenue. Brian, retrouvant ses habitudes de Londres l’année dernière, quitte la scène avant la fin du set, preuve d’un état pour le moins chaotique.
Après l’entracte, Pet Sounds est joué dans son intégralité et là, c’est tout de même un calvaire pour le fan, tant Brian exécute les titres, bafouillant les paroles, ayant à plusieurs reprises besoin du soutien vocal de la famille Jardine pour sauver les meubles. Comme me le confiait un ami à la sortie, c’était en fait la version « parlée » de Pet Sounds !. Paradoxalement, c’est le moment où le groupe, conscient à l’évidence que leur leader est en pleine déroute, décide définitivement de sauver la soirée, en faisant monter le niveau pour la dernière partie de l'album, de I Know There’s An Answer à Caroline, No.
Petit entracte à nouveau, et Paul von Mertens vient présenter les musiciens et remercier un public de plus en plus chaud, d’autant qu’il dit tout le bien que le groupe a pensé de Lyon qu’ils ont pu visiter la veille (vrai puisqu’Alan Jardine a été vu dimanche soir dans un bouchon du vieux Lyon). Le medley final démarre alors par Good Vibrations (grandiose) et, ensuite, c’est le délire. Le public envahit le bord de la scène, avec la bénédiction des organisateurs et on assiste à un final étourdissant : tout le groupe s’éclate à l’évidence. Enfin, tout le groupe… Vous aurez bien compris qu’il y en a un qui reste totalement imperméable à tout ce qui est entrain de se passer, espérant que tout cela va bientôt finir. Me trouvant au bord de la scène et ayant croisé le regard de Brian, je dois dire que ce qui s’y lit alors est pour le moins déstabilisant : un vide complet. Love & Mercy arrive enfin pour le libérer de ce qui est manifestement un supplice et, après avoir salué, il se dépêche de quitter cette scène maudite. Mais, curieusement, personne ne s’en aperçoit, tant nous sommes accaparés par les facéties de Blondie qui arpente la scène de long en large, serrant toutes les mains qui se présentent, (dont la mienne) et entraînant bientôt Alan dans son sillage, tandis que Gary Griffin photographie le public.
Nous sommes sortis enchantés, conscients d’avoir vécu un moment exceptionnel.

Set-list :

    Première partie :
  1. California Girls
  2. Dance, Dance, Dance
  3. I Get Around
  4. Shut Down
  5. Little Deuce Coupe
  6. Little Honda
  7. In My Room
  8. Surfer Girl
  9. Salt Lake City
  10. Aren't You Glas
  11. Add Some Music To Your Day
  12. California Saga
  13. Don't Worry Baby
  14. Let Him Run Wild
  15. Darlin'
  16. Feel Flows
  17. Wild Honey
  18. Sail On, Sailor
    Seconde Partie (Pet Sounds) :
  1. Wouldn't It Be Nice
  2. You Still Believe In Me
  3. That's Not Me
  4. Don't Talk (Put Your Head On My Shoulder)
  5. I'm Waiting For The Day
  6. Let's Go Away For Awhile
  7. Sloop John B
  8. God Only Knows
  9. I Know There's An Answer
  10. Here Today
  11. I Just Wasn't Made For These Times
  12. Pet Sounds
  13. Caroline, No
    Rappel :
  1. Good Vibrations
  2. Help Me, Rhonda
  3. Barbara Ann
  4. Surfin' USA
  5. Fun, Fun, Fun
  6. Love & Mercy

Surfers Rules #24.3

  • Une discographie des Beach Boys et oeuvres solo sur Beach Boys Legacy avec probablement la liste la plus complète disponible sur le net des disques pirates.
  • Le dernier numéro du magazine anglais Uncut, Neil Young en couverture, propose un article sur l'enregistrement du Pacific Ocean Blue de Dennis Wilson.
  • Analogue Productions a repoussé au 4 août 2017 la sortie en double vinyle 200gr / 45 rpm de Pet Sounds (une édition stéréo / AAPP 067-45 et une édition mono / AAPP 067M-45) et de Surfer Girl (édition stéréo uniquement / AAPP 060-45). 55$ la bête.
  • Sortie le 30 juin dernier du double dvd Brian Wilson, Second Wave - After The Surf. Le documentaire couvre la carrière de Brian de 1970 à nos jours.
  • Un nouveau livre consacré à la musique de Brian Wilson a paru le 27 mars 2017 aux USA aux éditions Praeger : The Words and Music of Brian Wilson. Il est signé Christian Matijas-Mecca.
  • Les petits plaisirs d'internet : un article sur Dennis Wilson signé Michael Golberg dans le Rolling Stone du 7 juin 1984.
  • Un nouveau site consacré à l'esthétique psychédélique : Psychedelic.fr.
  • Soft Rock Nuggets, une nouvelle série de compilations japonaises consacrée à la "Sunshine Pop" (Warner Japan).
  • Filet Of Soul, un album perdu retrouvé de Jan & Dean.
  • L'édition vinyle de Wild Honey en stéréo parait le 14 juillet dans nos contrées.

The Beach Boys Concert Chronicles

couverture du livre Concert Chronicles Charmant (ou presque).
Musicologues, experts, passez votre chemin, ce livre n'est pas pour vous sauf ... si vous êtes avant tout un fan invétéré, prêt à tracer la route, à avaler des kilomètres pour aller voir en concert les Beach Boys, quelle que soit la version qui se présente à vous ; les Beach Boys de Mike et Bruce, ceux du 50ème anniversaire, le Brian Wilson Band ou, même encore, l'Al Jardine's Family & Friends.
Andrew L. Lewand, professeur de gym, installé dans l'état de New York (USA), raconte 30 ans de concerts des Beach Boys, plus de 50 à son actif.
Il raconte comment il traque le moindre concert programmé à une distance raisonnable de son "sweet home" , cela peut aller jusqu'à 7 heures de route quand même ! Il raconte comment il y va, avec sa femme Karen, sa mère, son beau-père ou ses enfants (il ne parle pas de son chien). Il raconte les amis qu'il s'est fait au cours du temps, qu'il retrouve toujours au premier rang, avec qui il danse. Il raconte les roues crevées, les "party" d'avant-concert (où comment se torcher sur le parking à l'arrière de la bagnole). Il raconte une tranche de l'American Way Of Life.
Il n'a pas manqué au cours de ses années de se faire remarquer par les membres du groupe, essentiellement celui de Mike Love. Il raconte leur attachement aux fans, voire leur sympathie avec une mention spéciale à Scott Totten.
Le livre est parsemé de photos du couple, collier de fleurs au cou, avec ou sans ses héros. De nombreuses set-lists sont reproduites. Ne vous attendez pas à y trouver une critique des shows : ils s'avèrent tous invariablement bons.
Ce livre vous rappellera forcément des souvenirs. Mais, par de brefs instants, il vous laissera aussi un goût amer. Les mots utilisés parfois par l'auteur pour parler de femmes rapidement rencontrées pour une courte danse font apparaître une grossièreté malheureusement banale et pour le moins affligeante.
Ce livre n'est pas de la grande littérature, loin de là, mais il est charmant (ou presque).

Un Vieux Fan à Tilloloy

Beach Boys à Rétro C Trop Dimanche ... Vieux Fan a gagné sa vieille Clio et dans la lourdeur de cette fin de matinée a pris la route de Roye.
Un Festival l'appelle. Tilloloy avec une affiche à laquelle il n'a pas su résister. En souriant, il se rappelle que lorsqu'il avait entendu la présence à ce festival des Beach Boys, il avait poussé un hurlement tel que le chat avait détalé pour se dissimuler sous le lit.
Il est parti assez tôt. Pas beaucoup de monde dans ce sens. En revanche, sur la voie d'à côté, ça file en direction des rivages de la côte d'Opale et de ses plages sans fin.
Sur la radio, Vieux Fan abranché une clef USB de vieux succès de son jeune temps : Uriah Heep, Beach Boys et Pretenders. Il rêve et revoit en souriant les posters de Chrissie Hynde qui jouxtaient ceux du Che dans sa chambre d'étudiant. Il songe aux numéros de Best qui en jonchaient le plancher à côté de Fondation ou des cours de droit.
Le voilà en train de chantonner Surfin' USA lorsque soudain une boule lui monte dans la gorge. Un panneau lui indique le nom de la petite ville où sa soeur s'est éteinte, il y a quelques années. Saloperie ! La petite voiture brune continue bravement son chemin dans le silence de l'habitacle.
Soudain, un petit ralentissement, une indication, "Parking Festival". Vieux Fan s'engage sur un chemin de terre, range bravement son véhicule dans le sens "prêt-à-partir". Une vieille manie mais c'est plus sûr ... Il reprend contact avec le plancher -plutôt le pré- des vaches et se dirige vers le lieu des réjouissances, le sourire aux lèvres. Il se sent déjà les jambes plus légères. Les visages qu'il croise expriment la gaieté et l'excitation. Vieux Fan constate avec surprise que les grisonnants dans son genre sont loin d'être la majorité ; il y a des jeunes et ... des moins jeunes. Il passe un contrôle un peu pointu. Normal, même s'il en entend certains râler. Il sourit. Ces imbéciles n'ont pas connu les concerts de Deep Purple entre CRS et vigiles qui se foutaient de ta gueule alors que leurs chiens tiraient sur leur laisse. "Bon, arrête de faire le vieux con !"
Vieux Fan s'installe tranquillement sur l'herbe tendre après avoir fait l'emplette d'une bière à la buvette. Il déguste son sandwich en pianotant sur son portable. Quelques copains répondent. Ils sont en route ou déjà arrivés. C'est T-Shirt Rouge qui lui tape dans le dos le premier. Les autres arriveront par la suite. On s'échange les derniers potins musicaux. On devise sur la première journée qui s’est déroulé comme dans un rêve pour les participants. On daube sur la programmation mais, l'un dans l'autre, on est content de se retrouver là à écouter les groupes qui étaient nos stars ou nos réprouvés il y a 30 ou même 40 ans. Le temps a aplani les haines musicales. Les survivants sont devenus les petites lumières qui, sans vaciller, nous permettent encore quelques gouttes de jeunesse.

Après un gentil tribute Beatles, voici Uriah Heep. Un groupe que Vieux Fan n’avait jamais trop apprécié. Trop à mi-chemin entre le hard qu’il n‘aimait pas trop et le prog qu’il adorait, cela l’agaçait sans doute. Mais aujourd’hui , l’énergie du chanteur et la vista des musiciens lui donnent le sourire. Il se surprend à danser. Un incontestable bon moment.
Vieux Fan attend avant tout ses Beach Boys. Il s'est faufilé comme un vrai resquilleur dans les premiers rangs et constate tout fier qu'il reconnait chaque chanson au premier accord. Sur l’écran derrière les BB défilent des images des jours heureux : ballades sur la plage, surfers, courses de voitures (rouges, les bagnoles, hein?), jolies filles en maillots de bain ...
Bon, c’est vrai, il n’a jamais mis les pieds en Californie et la Fiat 500 qu’il conduisait dans sa jeunesse n’avait rien du véhicule de la pochette de Shut Down (vol 2). Des USA où Vieux Fan n'a jamais mis le bout d'un orteil mais que les songes lui ont rapporté dans toute leur vérité des contes.
N’empêche, lorsque Mike entonnera Surfer Gir, il aura une pensée émue pour la Michelle (sacrilège penserait Charlie!) qu’il avait emmené un petit soir tranquille sur un coin perdu près de Cayeux.
Ah, ils ont tous la pêche, même si Mike Love fait penser au Père Noël en vacances, sa voix est toujours aussi assuré. Bruce Johnston assure comme toujours et Jeffrey Foskett est impeccable quand à lui. Tout est là : voix, musique, tubes imparables. Et on se permet quelques surprises dont un impeccable Wild Honey revenu du fond des seventies. Il y aura même un moment d’émotion avec God Only Knows chanté par le fantôme de Carl Wilson accompagné par ses potes bien vivants. Le public apprécie, bouge, paraît aux anges, danse et manifeste son enthousiasme tout au long d’un set parfait.
Mais quoi , c'est déjà fini ? 90 Minutes de musique. Vieux Fan n'a pas arrêté pendant tout ce temps de danser, de sauter, de sourire, de chanter, de lever les bras. Enfin, il trouve, ce n'est peut-être que dans sa tête mais cela lui fait un bien fou. Il retrouve ses copains pour débriefer. Ils ont tous l'air ravi, plus jeunes, plus souriants ... Chacun discute de son moment, de sa chanson préférée, de son regret. Oh lui vieux fan aurait aimé Forever. Et il regrette que Bruce n’ait pas entonné Disney Girls, si nostalgique, si triste, si belle.  Mais là, il est content, heureux tout simplement. Il a oublié ses soucis divers. Il se dit que c’est cela la musique : rendre heureux, faire rêver.
Mais il faut y retourner, les Pretenders ont déjà démarré. La Vieux Fan devient un moment Vieux Bouc. Le show lui fait du bien. Il danse et écoute Chrissie Hynde en s'emplissant de la voix, de la bonne humeur et de l’énergie de la belle dame.
Cette fois-ci, c'est bien fini. Vieux Fan retrouve ses copains, parisiens et provinciaux. On se dit "Au revoir, à l'an prochain". On se promet la grande soirée des souvenirs. Sans trop y croire.

Vieux fan à repris sa Clio qui trace bravement sa route vers la préfecture dans la lourdeur du crépuscule. Vieux fan s'est branché du Sinatra. La voix chaude du crooner lui transporte un peu de nostalgie et de mélancolie gaies. Il a 40 ans de moins. La Clio est redevenue la Fiat 500 qui l’emmenait voir Ange ou Blondie .Et la radio crachote une K7 audio repiquée. A côté de lui, Michelle ou Sylvie ont repris leur place sur son épaule. La petite voiture se faufile dans les chemins de campagne et a dépassé Amiens pour retrouver la cote d’Opale . Il y a un petit bois. Il tourne la clé du véhicule et une petite voix lui murmure "Remets encore tes chansons, surtout celles qui nous donnent des frissons".
Et voilà qu' In my Room retentit. En fermant les yeux, Jeune Fan se penche en caressant les boucles rousses de Dominique.

Courrier Picard du 28 Juin 2017 :
Dans le cadre de la disparition mystérieuse de deux habitants d’Amiens, plusieurs personnes membres d’un mystérieux groupe dénommé Beach Boys.fr, ont été entendues. Rappelons que le véhicule de Monsieur T, une Clio, a été retrouvé complètement vide. Aucune trace de lutte n’ ayant été relevée, les enquêteurs se perdent en conjectures sur l’endroit où peut se trouver notre concitoyen amiénois et ce d’autant plus que sa compagne a également disparue.

Set-list (The Beach Boys - Festival Rétro C Trop - Dimanche 25 juin 2017) :
Surfin' Safari/Catch A Wave/Little Honda/Do It Again/Surfin' USA/Surfer Girl/Don't Worry Baby/Little Deuce Coupe/409/Shut Down/I Get Around/God Only Knows/When I Grow Up (To Be A Man)/Why Do Fools Fall In Love/Darlin'/California Girls/Then I Kissed Her/Sloop John B./Wouldn't It Be Nice/Help Me Rhonda/Kokomo/Good Vibrations - Encore : Wild Honey/Barbara Ann/Fun Fun Fun

Courrier Picard, 19 juin 2017, Nos chansons n'ont pas de date de péremption (Pierre Jacobs)

Pour continuer la fête :
- The Beach Boys : Sounds of Summer (Capitol/Universal)
- Wilko Johnson : I Keep It To Myself (Chess/Universal)
- The Stranglers : Hits and Heroes (EMI)
- The Pretenders : Live in London (Strobosonic)

Gonzaï !

couverture magazine Gonzaï n°21 Au sommaire du fantastique et freak magazine Gonzaï n°21, Dans le cerveau de Brian Wilson, 10 pages consacrées à "l'homme à la cervelle d'or".
Et comme en plus, on trouve également une interview de Jackie Berroyer, on ne voit pas comment vous pourriez ne pas acheter ce numéro estival.
Pour compléter le sommaire :
Cover story : La Gaule underground, guide de la France souterraine en plus de 60 pages et 170 lieux
Le Freak : Stan, patron de la boutique et du label Veals & Geeks (Bruxelles)
24H avec : Francis Lalanne
Porfolio : Elzo, l’homme derrière l’esthétique Born Bad (mais pas que)

Playback - The Brian Wilson Anthology

pochette Brian Wilson ANthology

Le jour de ses 75 ans, le label Rhino a annoncé la sortie d'une compilation consacrée Brian Wilson. Playback - The Brian Wilson Anthology est son nom. 18 titres parcourent l'ensemble de la carrière solo du leader des Beach Boys, de son premier album (Brian Wilson, Sire Records) en 1988 au plus récent No Pier Pressure de 2015 (Capitol Records).
De Brian Wilson, l'album sans doute le plus connu et le mieux coté, sont extraits 4 morceaux : Let It Shine, Melt Away, la pièce "smilesque" Rio Grande et bien évidemment Love & Mercy qui conclut encore aujourd'hui chacun des concerts de l'homme.
Deux belles ballades illustrent Imagination sorti 10 après, en 1998 : Cry et surtout la magnifique lettre musicale affectueuse à son frère, Carl Wilson, décédé deux ans plus tôt, Lay Down Burden.
Sorti en 2000, Live at the Roxy Theatre marquait le retour en forme et en concert de Brian Wilson. Ce sont les deux titres originaux de l'album qui sont choisis : The First Time et This Isn't Love, une collaboration avec Tony Asher.
Vient en 2004 Gettin' Over My Head, un album qu'il faudra sans doute un jour réévaluer, avec également deux titres : le titre éponyme et le duo posthume avec Carl Wilson, Soul Searchin'.
Trois mois après, en septembre, parait Brian Wilson Presents Smile, oeuvre enfin terminée avec l'aide de Darian Sahanaja et Van Dyke Parks et présentée triomphalement au public européen au printemps précédent. Heroes & Villains et Surf's Up sont retenus pour la compilation.
Midnight's Another Day est le seul titre de Lucky Old Sun, un bien beau concept-album, ode à la Californie parue en 2008.
Puis c'est la collaboration avec Walt Disney Records pour deux albums thématiques, Reimagines Gershwin en 2010 suivi en 2011 de In The Key Of Disney. Du premier est proposé The Like In I Love You, un titre inachevé par le compositeur du début du 20ème siècle et terminé pour l'occasion par Brian Wilson. Du second, c'est la superbe version de The Colors Of The Wind du film "Pocahontas" qui est compilée.
One Kind Of Love est extrait du dernier album solo à date No Pier Pressure. le titre figure également dans la BO du biopic Love & Mercy.
Cerises sur le gâteau, deux inédits complètent la sélection : Some Sweet Day, un rescapé des sessions avec Andy Paley du début des années 90 et Run, James, Run, un titre enregistré pour l'occasion en cette année 2017.

Quelques remarques :
- Si on met de côté Orange Crate Art, après tout plutôt un album de Van Dyke Parks, What I Really Want For Christmas est le seul album studio qui n'est pas représenté ici. Sans doute trop typé. I Just Wasn't Made For These Times, Pet Sounds Live et & Friends sont des albums live, même si les premier est enregistré "in the studio".
- Deux inédits, c'est déjà ça. Mais nous aurions rêvé d'un disque entier de titres originaux, inconnus ou rares comme sur 1967, Sunshine Tomorrow des Beach Boys.
- Rappelons que c'est BeachBoys.fr Records qui a sorti en 2015 la première compilation conscarée à Brian Wilson, The Solo Years (voir ci-contre). 7 titres sont communs mais la nôtre n'en comporte que 11 en tout.
- La pochette est moche.

Sortie le 22 septembre en édition cd, double-lp et digitale.
Source principale : The Second Disc.

Bobby Beausoleil

couverture livre Bobby Beausoleil Fabrice Gaignault est écrivain et journaliste. Son dernier livre, Bobby Beausoleil et autres anges cruels (Ed. Séguier), est le témoignage d'une époque ; la Californie entre 1966 et 1969. Il en fait une bonne annalyse. Visiblement, il connaît bien son sujet et la musique de l'époque. Ici, pas de voyeurisme ni de violence. Avant 1969, régnait une certaine insouciance et puis est arrivée l'affaire Manson ; effrondrement rapide des espoirs d'une autre forme de vie. Attention, il s'agit bien dans ce livre de l'histoire de Bobby Beausoleil, qui avait tout pour devenir une rock star, pas celle de l'affaire. On y croise bien sûr Dennis Wilson, présenté par Beausoleil comme un "bon musicien". Il faut noter la qualité des témoignages recueillis par l'auteur, sur la route, entre Los Angeles et San Fransisco. Votre lecture de l'été.

Celio

étiquettes t-shirt celio Beach Boys Avec une licence Universal, Celio a sorti pour la Fête des Pères une série de t-shirts "musicaux". Au programme Rolling Stones, Pink Floyd ou encore The Doors mais c'est bien celui consacré aux Beach Boys qui nous intéresse ici. Il reproduit le logo de la tournée de 1983. Celio a poussé le concept assez loin : emballage carton spécifique pour chacun des t-shirts dans lequel est inséré un faux album vinyle mais aussi étiquettes "vêtement" particulières avec logo et courte présentation du groupe (cf. photo). Bel effort marketing.

Les Beach Boys à l'Olympia (Paris) le 1er juin 2017

Photo décors Olympia Après les Iles Britanniques, l'Olympia de Paris était la première date en Europe continentale du Wild Honey 2017 World Tour des Beach Boys, version Mike Love et Bruce Johnston.
Première surprise en entrant dans la célèbre salle : deux batteries sont disposées sur la scène. Hommage à l'Allman Brothers Band du Greg récemment décédé ? Pas du tout. Simplement, John Stamos, acteur par ailleurs (La Fête à la Maison/Urgences), est de la partie. S'il a déjà joué, et même enregistré, avec les Beach Boys aux Etats-Unis, c'est la première fois qu'il est présent sur une tournée avec le groupe en Europe. Batterie donc, pour un tiers des titres en lieu et place de John Cowsill, guitare de temps en temps, choeurs et chant lead sur un Forever qui ne restera pas dans les mémoires. Sa présence est charmante cinq minutes pour qui l'a vu dans l'une de ses séries mais sans aucune valeur ajoutée. Fin du chapître.
Deuxième surprise : la section de cuivres présente à Londres au Royal Albert Hall de Londres les 18 & 19 mai n'est pas là. Déception. Seul Randy Leago (saxophones, flûte, harmonica), membre habituel du Beach Boys Touring Band est là avec le reste de la troupe : Brian Eichenberger (basse, voix), John Cowsill (batterie, voix), Tim Bonhomme (claviers), Jeffrey Foskett (guitare, voix) et Scott Totten, le "Musical Director", (guitare, voix).
A l'arrière de la scène, se trouve un écran géant sur lequel seront projetées, tout au long du concert, des vidéos balayant toute l'histoire des Beach Boys. Certaines, dont un film d'animation, s'avéreront assez rares.
Sans aucune surprise, et comme d'habitude, la salle est pleine d'un public large, de 7 à 77 ans, même si la moyenne doit se situer vers 50.
20h15, les Beach Boys sont annoncés et le show débute par la projection d'un court film résumant la carrière du groupe pendant que les musiciens s'installent.
Troisième surprise : le son est fort, trop fort, trop aigu, fatiguant et, il faut l'avouer, gâchera un peu le plaisir.
Il est pourtant là, le plaisir : la maîtrise du groupe n'est plus à démontrer. Les hits s'enchaînent, Surfin' USA, Catch A Wave, Little Honda, etc. Pour fêter le 50ème anniversaire de l'album et justifier le nom de la tournée, une superbe version d'Aren't You Glad est suivie par Darlin'. Les "car-songs" sont là aussi, Little Deuce Coupe, 409 mais aussi Ballad of Ole' Betsy.
Tout au long du concert, Mike Love fera preuve de pas mal d'humour et d'auto-dérision, jouant sur l'âge de ses artères et de celles du groupe. Il rendra également un hommage appuyé aux autres membres originaux du groupe, tout particulièrement les frères Wilson. N'a t'il pas déclaré récemment à la presse anglaise qu'il ne serait pas contre un retour des Beach Boys 50th ?
Est-ce l'effet de ce son terrible ? Le public semble avoir du mal à s'emballer ou, en tout cas, ne laissera vraiment éclater sa joie qu'à la fin de la première partie avec I Get Around.
21h25. Fin du premier acte. Entracte. Repos des guerriers et de nos oreilles.

21h45. Suite du programme.
Séquence californienne pour la reprise avec California Dreamin' suivi de California Girls. Bientôt arrive le grand moment du concert, un Their Hearts Were Full of Spring a capella d'une beauté renversante. Frissons. Le titre est suivi d'une très belle version de Disney Girls par Bruce Johnston. All This Is That est aussi remarquable. God Only Knows est chanté d'outre-tombe par Carl Wilson et est suivi d'une séquence totalement dispensable : Pisces Brothers, titre signé Mike Love, Summer In Paradise (hum !) et l'inénarrable Kokomo. Retour aux choses sérieuses pour le final de cette seconde partie avec notamment Heroes & Villains, Do You Wanna Dance ? ou encore Good Vibrations. La foule est alors prise d'un véritable délire qui ne s'arrêtra qu'avec la fin du concert.
23h00. Temps du rappel. Il débute par Wild Honey chanté lead par John Cowsill. Tonitruant mais pas à la hauteur de la version punk déjantée de Blondie Chaplin avec la bande de Brian. Les obligatoires Barbara Ann et Fun Fun Fun concluent l'affaire, qui restera un très bon souvenir malgré ce foutu son.
23h10. Heure du t-shirt et ... Back Home !

Set List :
Surfin' Safari/Catch A Wave/Little Honda/Do It Again/Surfin' USA/Surfer Girl/Getcha Back/Good To My Baby/You're So Good To Me/Kiss Me, Baby/Why Do Fools Fall In Love/When I Grow Up (To Be A Man)/Cotton Fields/The Warmth Of The Sun/Aren't You Glad/Darlin'/Be True To Your School/Ballad Of Ole' Betsy/Don't Worry Baby/Little Deuce Coupe/409/Shut Down/I Get Around
(Entracte)
California Dreamin'/California Girls/Then I Kissed Her/Sloop John B./Wouldn't It Be Nice/Their Hearts Were Full Of Spring/Disney Girls/I Can Hear Music/All This Is That/Forever/God Only Knows/Pisces Brothers/Summer In Paradise/Kokomo/Heroes & Villains/Do You Wanna Dance/Rock And Roll Music/Help Me Rhonda/Good Vibrations
(Encore)
Wild Honey/Barbara Ann/Fun Fun Fun

1967 - Sunshine Tomorrow

Album Sunshine Tomorrow

Capitol annonce la sortie pour le 30 juin prochain d'un double cd des Beach Boys intitulé 1967 - Sunshine Tomorrow. Cette nouvelle compilation s'articule autour de la première édition en (vraie) stéréo de l'album Wild Honey. Chacun sait que celle sortie en 1967 n'était en fait qu'un traficotage dont Capitol abusait à l'époque, Brian Wilson ou le groupe se concentrant sur les enregistrements et mixages mono des titres. Sur ce sujet, on vous renvoie à l'indispensable site d'Andrew G. Doe. Mark Linett & Alan Bloyd ont réalisé ce premier mixage stéréo de l'album.

Cette fois-ci, Capitol ne propose pas un "simple" two-fer avec les versions mono & stéréo de l'album mais une véritable mine de titres inédits, prises alternatives, extraits de sessions en studio et enregistrements publics, dont le fameux album resté inédit jusqu'alors, Lei'd In Hawaï, au grand complet, découvert récemment dans les archives de Brother Records.

    Disc 1 :
  1. Wild Honey (Stereo Mix / Remastered 2017)
  2. Aren't You Glad (Stereo Mix / Remastered 2017)
  3. I Was Made To Love Her (Stereo Mix / Remastered 2017)
  4. Country Air (Stereo Mix / Remastered 2017)
  5. A Thing Or Two (Stereo Mix / Remastered 2017)
  6. Darlin' (Stereo Mix / Remastered 2017)
  7. I'd Love Just Once To See You (Stereo Mix / Remastered 2017)
  8. Here Comes The Night (Stereo Mix / Remastered 2017)
  9. Let The Wind Blow (Stereo Mix / Remastered 2017)
  10. How She Boogalooed It (Stereo Mix / Remastered 2017)
  11. Mama Says
  12. Lonely Days (Alternate Version)
  13. Cool, Cool, Water (Alternate Version)
  14. Time To Get Alone (Alternate Version)
  15. Can't Wait Too Long (Alternate Version)
  16. I'd Love Just Once To See You (Alternate Version)
  17. I Was Made To Love Her (Vocal Insert Session)
  18. I Was Made To Love Her (Long Version)
  19. Hide Go Seek (Backing Track Master Take - Instrumental)
  20. Honey Get Home (Backing Track Master Take - Instrumental)
  21. Wild Honey (Session Highlights Instrumental)
  22. Aren't You Glad (Session Highlights Instrumental)
  23. A Thing Or Two (Track And Backing Vocals)
  24. Darlin' (Session Highlights Instrumental)
  25. Let The Wind Blow (Session Highlights Instrumental)
  26. Wild Honey (Live In Detroit / 1967)
  27. Country Air (Live In Detroit / 1967)
  28. Darlin' (Live In Pittsburgh / 1967)
  29. How She Boogalooed It (Live In Detroit / 1967)
  30. Aren't You Glad (Live / 1970)
  31. Mama Says (Session Highlights)
    Disc 2 :
  1. Heroes And Villains (Single Version Backing Track)
  2. Vegetables (Long Version)
  3. Fall Breaks And Back To Winter (Alternate Mix)
  4. Wind Chimes (Alternate Tag Section)
  5. Wonderful (Backing Track / Instrumental)
  6. With Me Tonight (Alternate Version With Session Intro)
  7. Little Pad (Backing Track / Instrumental)
  8. All Day All Night (Whistle In) (Alternate Version 1)
  9. All Day All Night (Whistle In) (Alternate Version 2)
  10. Untitled (Redwood) (Instrumental)
  11. Fred Vail Intro (Live / 1967)
  12. The Letter (Alternate Mono Mix - Live / 1967)
  13. You're So Good To Me (Live / 1967)
  14. Help Me, Rhonda (Mono Mix / Live / 1967)
  15. California Girls (Mono Mix / Live / 1967)
  16. Surfer Girl (Mono Mix / Live / 1967)
  17. Sloop John B (Live / 1967)
  18. With A Little Help From My Friends (Mono Mix / Live / 1967)
  19. Their Hearts Were Full Of Spring (Mono Mix / Live / 1967)
  20. God Only Knows (Mono Mix / Live / 1967)
  21. Good Vibrations (Live / 1967)
  22. Game Of Love (Outtake / Live / 1967)
  23. The Letter (Alternate Stereo Mix - Live / 1967)
  24. With A Little Help From My Friends (Stereo Mix / Live / 1967)
  25. Hawthorne Boulevard (Instrumental / Live in Honolulu / 1967)
  26. Surfin' (Live In Honolulu / 1967)
  27. Gettin' Hungry (Live In Honolulu / 1967)
  28. Hawaii (Rehearsal Take / Live in Honolulu / 1967)
  29. Heroes And Villains (Rehearsal Take / Live In Honolulu / 1967)
  30. California Girls (Live In Washington, D.C. / 1967)
  31. Graduation Day (Live In Washington, D.C. / 1967)
  32. I Get Around (Live In Boston / 1967)
  33. Surf's Up (1967 Version)
  34. Surfer Girl (1967 A Cappella Mix)

Le titre Mama Says est présenté dans sa version mono originale puisqu'il n'en existe plus d'enregistrements multi-pistes.

Et pour ajouter au plaisir, l'album Wild Honey (stéréo) sera édité en vinyle à la même date.
Can't wait comme ils disent outre-atlantique ...

Présentation détaillée et commentée du tout, en anglais, sur le site The Second Disc.

Surfers Rules #23.5

  • Analogue Productions annonce pour le 7 juillet la sortie en double vinyl 200gr / 45 rpm de Pet Sounds et de Surfer Girl. Le son devrait être absolument monstrueux.
  • Une édition double album de Wild Honey est annoncée pour le 30 juin, avec du matériel additionnel de l'époque de son enregistrement, 1967 (voir ci-dessus).
  • Wild Honey World Tour est d'ailleurs le nom de la tournée des Beach Boys de Mike Love qui passera par la France en juin (Paris et Tilloloy). Section de cuivres à l'appui, le premier concert au Royal Albert Hall de Londres, le 18 mai, fût magnifique, paraît-il.
  • La sortie digitale de fin d'année concernerait les concerts enregistrés il y a 50 ans à Honolulu, Hawai. En Europe aussi ?
  • Le n°117 de Endless Summer Quarterly (Printemps 2017) vient de paraître avec Mike Love en couverture sous les couleurs de l'album Summer In Paradise, thème central de l'interview de l'homme. Ca fait peur, non ?
  • Une édition vinyle de Bambu (The Caribou Sessions) de Dennis Wilson (Sony Legacy) a vu le jour lors du Record Store Day du 22 avril. Rien de nouveau pour les possesseurs de l'édition vinyle deluxe (3 lps) de Pacific Ocean Blue sortie en 2008 (Sundazed Records) puisque qu'elle en reprend les 16 titres. Nouvelle et belle pochette, nouvelles notes de pochette signées Ken Sharp, double lp et vinyle couleur, code de téléchargement.
  • Surfer Girl a fait à son tour l'objet d'une belle réédition en vinyle 180gr par Capitol Records, tant aux Etats-Unis qu'en Europe, en octobre dernier.

Brian Wilson sur la scène de Pleyel, Paris

Dans la presse #9.2

  • 10 moments Badass de Mike Love dans Rockawa n° 21 (mai-juin 2017)
  • Les gens me parlent toujours de "Sgt Pepper" ... (mais) le groupe que j'adore, c'est vraiment les Beach Boys. Peter Blake présente "Ces disques à lui" dans le dernier numéro de Rock & Folk (#598/juin 2017).
  • Courte revue de l'album Surfin' Safari dans le magazine Rolling Stone #94 du mois de mai, à l'occasion d'une (nouvelle ?) réédition vinyle de l'album.
  • Dans le même numéro, présentation du livre Jours Barbares (Editions du Sous-sol) de William Finnegan (Prix Pulitzer 2016), un document rare sur l'histoire du surf et sa culture.

Beach Boys Stomp, 37ème Convention

La 37ème convention annuelle du fanzine anglais Beach Boys Stomp s'est tenue le 8 octobre dernier à Greenford (Middlesex). Beach Boys Stomp, créé en 1977, est l'un des plus vieux fanzines consacrés au groupe et il vient de sortir son 143ème numéro.
L'invité d'honneur était cette année Alan Boyd. Il a projeté un film en Noir & Blanc de 47 mn sur l'enregistrement de Good Vibrations entre juin et août 1966. Images rares avec les séances vocales du Columbia Studios et certaines séances instrumentales du Western Studio 3. Projection également de deux films promos d'Ed Roach pour l'album In Concert et d'un excellent court-métrage résumant la carrière de Brian Wilson et présenté en ouverture de ses concerts en 1999.
Au menu des projets en cours :

  • La campagne de protection des droits continue avec avant la fin de l'année la sortie digitale de Live In Michigan University 1966
  • Pour l'année prochaine, il s'agirait de Leid In Hawaï - Août 1967 dont les masters originaux sont sains et saufs
  • Une édition stéréo de l'album Wild Honey avec des outtakes serait enfin en préparation

Alan Boyd a indiqué qu'il aimerait sortir un coffret sur la période 76/77, riche en enregistrements inédits.
Il y aurait également beaucoup d'inédits et titres rares de Dennis Wilson du début des années 70. Mais une éventuelle parution dépend bien évidemment de la succession du défunt batteur.

Anarchie chez Capitol

4 des albums réédités par Capitol Il faut reconnaître que c'est un peu l'anarchie, au moins un beau maquis, dans les rééditions vinyles entreprises par Capitol Records depuis 2008. Pas facile de s'y retrouver. Nous avons néanmoins tenté mais nous ne sommes pas sûrs de notre coup. Toute information est la bienvenue.
Voilà ce que nous avons recensé (avec les pays de parution et les années de réédition entre parenthèses) :

  • Surfer Girl (US + UE) (2016)
  • Christmas Album (US) (2014)
  • Concert (US) (2014)
  • Today! (US + UE) (2009)
  • Summer Days (And Summer Nights) (US + UE) (2009)
  • Pet Sounds (US) (1999)*
  • Wild Honey (stéréo - mixage 2017) (US + UE) (2017)
  • Friends (US) (2014)
  • 20/20 (US) (2014)
  • Sunflower (US) (2009)
  • Surf's Up (US + UE) (2009)
  • Live In London (US) (avec la photo de la pochette hollandaise) (2014)
  • Carl & The Passions (US + UE) (2015)
  • In Concert (US) (2014)
  • Endless Summer (US) (1999)
  • 15 Big Ones (US + UE) (2015)
  • Love You (US) (2014)
  • MIU (US + UE) (2015)
  • Light Album (US + UE) (2015)
  • Keeping The Summer ALive (US + UE) (2015)
  • The Beach Boys (US + UE) (2015)

* Il s'agit de la réédition de la série Capitol Vaults. Pet Sounds a été également réédité par Capitol pour le 40ème anniversaire en 2007 en édition limitée et numérotée (double album avec les versions mono et stéréo, vinyle en couleur) et en 2017 pour le 50ème anniversaire avec deux éditions en simple vinyle, une mono et une stéréo.

Rééditions Analogue Productions : haute-gamme

album Smiley Smile Il n'y a pas que Capitol US pour les vinyles ou les japonais pour les Hybrid Stereo SACD à se lancer dans les belles rééditions du catalogue des Beach Boys.
Chez Analog Productions, une division d'Acoustic Sounds, nous pouvons même parler de travail somptueux. Nous parlons ici de Haute-Fidélité. Le but avoué chez Analog est de proposer les rééditions ultimes, qui feront sans doute le bonheur de fans freaks, hardcore et, eux-aussi, ultimes. Les vinyles sont pressés en 200 gram. Un soin tout particulier est apporté à la reproduction des pochettes. Alors, ce travail somptueux à son coût. Certains vinyles ont été aperçus à plus de 50€ chez Gibert à Paris il y a quelques mois. Il y a moyen de trouver meilleur marché via la boutique en ligne Fargo. Les SACD sont proposés à 30$ sur le site Acoustic Sounds.
Mais Analog a vraiment sorti le grand jeu. Selon les albums, le label propose une version sur Hybrid Stereo SACD incluant la version mono et stéréo, une version vinyle mono et une version vinyle stéréo, parfois la première pour certains lp.
Pour finir de nous ruiner, le label sort le 4 août 2017 des versions double-vinyle 45 tours : une mono et une stéréo de Pet Sounds et une stéréo de Surfer Girl. Rien que ça.

    Disponibles :
  • Surfin' Safari : vinyle mono et HS-SACD mono
  • Surfin' USA : vinyle mono, vinyle stéréo et HS-SACD
  • Surfer Girl : vinyle mono, vinyle stéréo, double-vinyle 45tours stéréo et HS-SACD
  • Little Deuce Coupe : vinyle mono, vinyle stéréo et HS-SACD
  • Shut Down Vol. 2 : vinyle mono, vinyle stéréo et HS-SACD
  • All Summer Long : vinyle mono, vinyle stéréo et HS-SACD
  • Today! : vinyle mono, vinyle stéréo* et HS-SACD
  • Summer Days (And Summer Nights) : vinyle mono, vinyle stéréo* et HS-SACD
  • Party! : vinyle mono, vinyle stéréo* et HS-SACD
  • Pet Sounds : vinyle mono, vinyle stéréo, double-vinyle 45tours mono, double-vinyle 45tours stéréo et HS-SACD
  • Smiley Smile : vinyle mono, vinyle stéréo* et HS-SACD
  • Sunflower : vinyle stéréo et HS-SACD stéréo
  • Surf's Up : vinyle stéréo et HS-SACD stéréo
  • Holland : vinyle stéréo et HS-SACD stéréo

Le label n'annonce pas la rééditions des autres albums des Beach Boys. Ce qui est bien dommage, notamment pour Friends ou encore Wild Honey.

* indique une première édition stéréo en vinyle. La version originale de Smiley Smile marquée "stéréo", préfixe ST sur la pochette, est en fait une version "pseudo-améliorée", un procédé utilisé dans ces années-là par Capitol pour créer un faux effet stéréo.
Les Hybrid Stereo SACD proposent les versions mono et stéréo sauf mention contraire
Les éditions de Holland proposent bien évidemment l'EP Mount Vernon And Fairway (A Fairy Tale) ainsi que le le titre écarté à l'époque, We Got Love (voir à ce sujet le coin du collectionneur sur notre page consacré à l'album). Dans l'édition vinyle, ce titre se trouve en fin de première face du maxi 30 cm où se trouve également Mount Vernon mais, attention, il n'est indiqué ni sur la pochette, ni sur l'étiquette centrale du disque. En face b, on trouve la version 45 tours de Sail On Sailor. Elle n'est pas présente sur le HS-SACD.

BeachBoys.fr Records

Logo BeachBoys.fr Records
Logo : Lorraine Hubert

Beach Boys . fr, c'est aussi une maison de disques ... virtuels !

Stack-o-Tracks, Vol. 2

Pochette Stack-o-Tracks volume 2

[bbfr 15 - Août 2017]

Comme avec le premier volume sorti en 1968 par Capitol Records, Stack-o-Tracks, Volume 2 est une opportunité extraordinaire pour les amoureux de musique d'étudier et d'apprécier le travail du plus important compositeur et producteur américain.
C'est également pour l'auditeur l'occasion de chanter sur la musique des Beach Boys et de croire, pour quelques instants, qu'il en est un.
C'est encore une fois une manière d'affirmer que la musique de Brian Wilson survivra bien après qu'il n'ait plus de vent ni d'essence sur terre.

Compilation : Petsounds-fr
Mixage : Charlie Dontsurf
Notes de pochette (d'après David Leaf) : Charlie Dontsurf

    Face A :
  1. California Girls
  2. Surfin' USA
  3. I Get Around
  4. I'm Waiting For The Day
  5. Good Vibrations
  6. Wonderful
  7. Fun Fun Fun
  8. Don't Talk (Put Your Head On My Shoulder)
    Face B :
  1. Sail On, Sailor
  2. Good To My Baby
  3. Be With Me
  4. Heroes And Villains
  5. Don't Go Near The Water
  6. Help Me, Rhonda
  7. Surf's Up
  8. Caroline, No

A1 & B6 : Extraits du twofer Beach Boys' Party/Stack-o-Tracks (2001)
A2, A7, B1 à B3 : Extraits de la compilation Hawthorne, Ca (2001)
A3 & B7 : Extraits du coffret Good Vibrations, Thirty Years Of The Beach Boys (1993)
A4, A8 & B8 : Extraits de l'album Pet Sounds : 50th Anniversay Edition (2016)
A5 : Extrait du single cd Good Vibrations (40th Anniversary) (2006)
A6 & B5 : Extraits du coffret Made In California (2013)
B4 : Extrait de la compilation 1967, Sunshine Tomorrow (2017)

Indisponible uniquement en vinyle chez tous les bons disquaires.

Girls On The Beach

Summer Colds Vol. 1

[bbfr 14 - Juin 2016]

BeachBoys.fr Records est fier de rendre virtuellement disponible un EP extrêment rare des Beach Boys. Si on en croit les recherches menées par deux spécialistes de la discographie des Boys, Brad Elliott et Peter Reum, renforcées par celles de Panayiotis Bogdanos (Beach Boys Stomp), il existerait deux copies de ce mystérieux disque. Capitol Records aurait peut être envisagé d'éditer cet EP à l'occasion de la sortie du film Girls On The Beach (1965) dans lequel apparaissent nos chers Garçons. Il n'en fut rien. Les deux copies existantes sont pressées avec le label orange et jaune standard utilisé par Capitol dans les années 60. Il ne figure pas de référence sur l'étiquette mais le vinyle présente les numéros de matrice X-268 et X-269.
On sait qu'à l'époque, pour obtenir une récompense type Oscar, un disque physique devait exister. Peut être que ces deux exemplaires ont été pressés dans cet ojectif.

Notes de pochette : Charlie Dontsurf.
Source : Endless Summer Quarterly, #105, Eté 2014.

    Face A :
  1. Little Honda
  2. I Get Around
    Face B :
  1. Lonely Sea
  2. Memphis Beach

A1, A2 & B2 : Extraits de l'album All Summer Long (1964)
A1 : Comme le titre Girls On The Beach, Little Honda apparait dans le film dans une version légérement différente de celle de l'album. Ces deux titres auraient été enregistrés spécifiquement pour le film puis réenregistrés plus tard pour l'album.
A2 & B2 : Ces deux titres ne sont pas utilisés dans le film
B1 : Extrait de l'album Surfer Girl (1963)
B2 : Memphis Beach est le premier nom du titre Carl's Big Chance

Indisponible uniquement en vinyle chez tous les bons disquaires.

Pier Pressure (No Pier Pressure Redux)

Brian Wilson Pier Pressure

[bbfr 13 - Février 2016]

L'industrie musicale, ou ce qu'il en reste, abreuve le marché de multiples éditions du même album. Le must du must est parfois l'Edition Deluxe qui offre des titres en bonus et pour laquelle le fan transi doit réouvrir son porte-monnaie.
Chez BeachBoys.fr Records, nous ne mangeons pas de ce pain là. Plus simplement, nous innovons et inventons l' Edition Redux ou moins de chansons pour le même prix.
Nous avons été assez durs à sa sortie avec le dernier album de Brian Wilson, No Pier Pressure mais il faut bien avouer que le temps l'a très bien bonifié (sans pour autant en faire un très grand vin). Néanmoins, pour cela, il n'a pas fallu hésiter à lui enlever quelques scories, quelques épines, quelques navets. Alors adieu, entre autres, le pathétique Runaway Dancer, les duos dangereux comme Saturday Night avec Nate Ruess et, même Sail Away parce que, désolé, Blondie C., mais là, ta voix, non, ce n'est vraiment pas possible.
Il reste douze titres qui, plutôt bien agencés, ont bercé notre été 2015. Profitez-en aussi.

Compilation : Charlie Dontsurf
Notes de pochette : Charlie Dontsurf

    Face A :
  1. This Beautiful Day
  2. The Right Time
  3. Half Moon Bay
  4. On The Island
  5. Whatever Happened
  6. Tell Me Why
    Face B :
  1. I'm Feeling Sad
  2. One Kind Of Love
  3. Love And Mercy
  4. In The Back Of My Mind
  5. Guess You Had To Be There
  6. The Last Song

A1 - B6 : Edition Deluxe de l'album No Pier Pressure (2015)

Indisponible uniquement en vinyle chez tous les bons disquaires.

That's Why God Revisited The Radio

That's Why God Revisited The Radio

[bbfr 12 - Février 2016]

Nous savons que certains des titres de No Pier Pressure, le dernier album solo de Brian Wilson, étaient initialement prévus pour un second album des Beach Boys 50. Nous savons tous comment l'histoire de ces Beach Boys là s'est terminée. Nous avons pensé qu'il était possible de remplacer avantageusement deux titres faibles de That's Why God Made The Radio, Beaches In Mind et Daybreak Over The Ocean par deux issus du dernier effort wilsonien, Whatever Happened et The Right Time qui nous paraissaient bien plus dans l'humeur de l'album de 2012.
Et c'est ainsi que nous avons simplement revu et corrigé la radio, sans autant nous prendre pour un Dieu quelconque.

Compilation : Charlie Dontsurf
Notes de pochette : Charlie Dontsurf

    Face A :
  1. Think About The Days
  2. That's Why God Made The Radio
  3. Isn't It Time
  4. Spring Vacation
  5. Whatever Happened
  6. The Right Time
    Face B :
  1. Shelter
  2. The Private Life Of Bill And Sue
  3. Strange World
  4. From There To Back Again
  5. Pacific Coast Highway
  6. Summer's Gone

A1 - A4 & B1 - B6 : Beach Boys, That's Why God Made The Radio (2012)
A5 - A6 : Brian Wilson, No Pier Pressure (2015)

Indisponible uniquement en vinyle chez tous les bons disquaires.

The Solo Years

The Solo Years

[bbfr 11 - Août 2015]

Brian Wilson, les années solo, 1988-2015.
Un choix âprement débattu par les membres de la liste de discussion Petsounds-fr. Un choix pas si simple à faire, finalement. Si nous avons été parfois difficiles, voire durs avec les albums solo de Brian Wilson, force est de reconnaître qu'ils regorgent de sublimes et de toute beauté chansons.

Compilation : Petsounds-fr
Notes de pochette : Charlie Dontsurf

    Face A :
  1. Love & Mercy
  2. Midnight's Another Day
  3. Soul Searchin'
  4. Orange Crate Art
  5. Rio Grande
    Face B :
  1. Southern California
  2. Melt Away
  3. Lay Down Burden
  4. Gettin' In Over My head
  5. Meet Me In My Dreams Tonight
  6. The Last Song

A1, A5, B2, B5 : Brian Wilson (1988)
A2, B1 : That Lucky Old Sun (2008)
A3, B4 : Gettin' In Over My Head (2004)
A4 : Orange Crate Art (1995)
B3 : Imagination (1998)
B6 : No Pier Pressure (2015)

Indisponible uniquement en vinyle chez tous les bons disquaires.

Live On Tour, 1966

Lonely Sea

[bbfr 10 - Mars 2015]

Université du Michigan, Hill Auditorium, Ann Arbor, le 22 octobre 1966, deux shows au cours desquels les Beach Boys présentent pour la première fois en public le nouveau simple, Good Vibrations. Brian Wilson est présent, en coulisse, pour superviser l'enregistrement des concerts pour un album live qui ne verra pas le jour. La set-list embrasse toute la carrière des Boys à date. Dennis Wilson assure le lead-vocal sur la reprise des Beatles, You've Got To Hide Your Love Away. Brian rejoint le groupe sur scène pour le rappel, une reprise de Chuck Berry, Johnny B. Goode. Les Beach Boys en toute simplicité et dans une certaine nudité, sans overdub de studio. Trois jours après, le groupe jouait l'Olympia de Paris (France).

Compilation et notes de pochette : Charlie Dontsurf
Photo : Bill Yerkes

    Face A :
  1. Help Me Rhonda
  2. I Get Around
  3. Surfin' Safari/Fun Fun Fun/
    Shut Down/Little Deuce Coupe/Surfin' USA
  4. Surfer Girl
  5. Papa-Oom-Mow-Mow
  6. You're So Good To Me
  7. You've Got To Hide Your Love Away
    Face B :
  1. California Girls
  2. Sloop John B
  3. Wouldn't It Be Nice
  4. God Only Knows
  5. Good Vibrations
  6. Graduation Day
  7. Barbara Ann
  8. Johnny B. Goode

A1, A2, A6, B1-B3, B6 : First Show
A3-A5, A7, B4, B5, B7, B8 : Second Show
Cette compilation est extrait de la Live Box (1965-1968) du label pirate Sea Of Tunes (1998).

Indisponible uniquement en vinyle chez tous les bons disquaires.

The Beach Boys With (Summer Colds Vol. 1)

Summer Colds Vol. 1

[bbfr 9 - Janvier 2015]

Une plage pleine de galets, les vagues au loin, presques absentes ; pas l'endroit idéal pour surfer.
Nos Boys n'ont pas toujours eu besoin des autres pour se ridiculer. Néanmoins, c'est en compagnie de quelques autres artistes que nous avons décidé d'inaugurer cette nouvelle collection, Summer Colds, des ep consacrés à des choses que nous préférerions ne pas avoir vu exister. Cependant, elles sont bien là ces collaborations malheureuses et ces versions improbables. Un ep virtuel qu'on n'est vraiment pas obligé d'écouter.

Compilation et notes de pochette : Charlie Dontsurf.

    Face A :
  1. Little Richard : Happy Endings
  2. Fat Boys : Wipe Out
    Face B :
  1. Status Quo : Fun Fun Fun
  2. Four Seasons : East Meets West

A1 : Extrait de la bande originale du film "The Telephone" (1987)
A2 : Extrait du simple des Fat Boys (1987). Figure aussi sur l'album des Beach Boys "Still Cruisin'" (1989)
B1 : Extrait de l'album "Don't stop" de Status Quo (1996)
B2 : Extrait du simple des Four Seasons (1984)

Indisponible uniquement en vinyle chez tous les bons disquaires.

Lonely Sea

Lonely Sea

[bbfr 8 - Octobre 2012]

Les compilations consacrées aux Beach Boys ne manquent pas et l'actualité récente nous le prouve encore. Néanmoins, certains titres sont toujours ou presque toujours passés à travers le filtre du compilateur. Nous nous sommes penchés sur les 6 premiers albums parus chez Capitol entre 1962 et 1964 pour en extraire quelques pépites qui n'auraient déparé aucun de ces "best of".

Compilation : Dr Faustroll - Charlie Dontsurf.
Notes de pochette de Charlie Dontsurf.

    Face A :
  1. Farmer's Daughter
  2. Noble Surfer
  3. Lonely Sea
  4. Surfers Rule
  5. Your Summer Dream
  6. In The Parkin' Lot
  7. Keep An Eye On Summer
  8. Finders Keepers
    Face B :
  1. Hushabye
  2. Cherry, Cherry Coupe
  3. Ballad Of Ole' Betsy
  4. We'll Run Away
  5. All Dressed Up For School
  6. Girls On The Beach
  7. Don't Back Down
  8. A Young Man Is Gone

A1-A3, A8 : Surfin' USA (1963)
A4, A5 : Surfer Girl (1963)
A6, A7 : Shut Down Vol 2 (1964)
B1, B4, B6, B7 : All Summer Long (1964)
B2, B3, B8 : Little Deuce Coupe (1963)
B5 : Inédit de 1964 paru sur le "twofer" Little Deuce Coupe/All Summer Long (1990)

Indisponible uniquement en vinyle chez tous les bons disquaires.

So Many Years

So Many years

[bbfr 7 - Août 2012]

Premier album signé Brian Wilson sur notre label virtuel.
Cette compilation rassemble pour vous des titres épars enregistrés par Brian au cours des longues années de sa carrière solo. Du plus ancien, Goodnight Irene, une collaboration avec Andy Paley qui date de 1988 au plus récent, la reprise de Buddy Holly, Listen To Me, pour un album hommage, ils ont la particularité d'être ou d'avoir été tous commercialement disponibles. Il est vrai parfois dans de difficiles ou obscures conditions. C'est pourquoi nous les avons réunis ici pour vous.
Et puis, nous avons glissé dans cette pochette virtuelle un petit simple bonus comme nous les aimons : les deux titres enregistrés par la BBC au Buckingham Palace le 3 juin 2002 à l'occasion du Golden Jubilee de la Reine d'Angleterre.
Appréciez !

Compilation et notes de pochette de Charlie Dontsurf

    Face A :
  1. Listen To Me
  2. Heaven
  3. Goodnight Irene
  4. Believe In Yourself
  5. In My Moondreams
  6. What Love Can Do
    Face B :
  1. The Spirit Of Rock & Roll
  2. This Song Wants To Sleep With You Tonight
  3. God Only Knows
  4. California Feelin'
  5. Walking Down The Path Of Live/Love & Mercy
  6. You Are So Beautiful

Bonus : Party At The Palace

    Face A :
  1. God Only Knows (live 2002)
    Face B :
  1. Good Vibrations (live 2002)

A1 : Listen To Me, Buddy Holly (XIII Bis Records/2011)
A2, B6 : Only With You, Dennis Wilson Tribute (ESQ/2008)
A3 : Folkways, A Vision Shared, A Tribute To Woody Guthrie And Leadbelly (Columbia/1988)
A4 : Under Gold, Carl Wilson Tribute (ESQ/2007)
A5 : Pulp Surfin' (Del-Fi Records/1995)
A6, B3 : New Music From An Old Friend (180 Music/2007)
B1 : Songs From Here And Back (Hallmark/2006)
B2 : Do It Again (single) (MCA/1995)
B4 : Classics (Capitol/2002)
B5 : Walking Down The Path Of Life (single) (Oglio/2005)
Bonus 1 & 2 : Party At The Palace (Virgin/2002)

Indisponible uniquement en vinyle chez tous les bons disquaires.

Smiley Smile Revisited

Smiley Smile Revisited

[bbfr 6 - Décembre 2011]

En y réfléchissant bien, sachant que Mrs. O'Leary's Cow, Wind Chimes et Wonderful étaient achevées à l'issue des sessions Smile, on aurait pu avoir un album Smiley Smile bien différent. Brian Wilson avait songé à la fin de l'année 1967 à achever Smile, en vain. Pourtant, réfléchissons un peu, à partir de ce qui était disponible et surtout achevé (pas de mixes à refaire), à ce qu'aurait pu être Smiley Smile.
On aurait eu droit à un album de douze titres, qui aurait été plus solide, et dont les titres « faibles » auraient pu plus facilement être mis sur le compte du psychédélisme ambiant ou sur l'esprit de l'album, qui aurait pu mettre en valeur l'idée de départ, à savoir le rôle curatif du rire. On n'aurait pas eu Smile, mais on aurait eu un album qui en aurait fait office avec le nombre de titres annoncés par Brian.

Compilation et notes de pochette de Fadi

    Face A :
  1. Heroes And Villains
  2. Vegetables
  3. Mrs O'Leary's Cow
  4. She's Goin' Bald
  5. Little Pad
    Face B :
  1. Good Vibrations
  2. With Me Tonight
  3. Wind Chimes
  4. Gettin' Hungry
  5. Wonderful
  6. Surf's Up
  7. Whistle In

A1, A2, A4, A5, B1, B2, B4, B7 : Smiley Smile (1967)
A3, B3 & B5 : Smile Sessions (2011)
B6 : Good Vibrations, Thirty Years Of The Beach Boys (1993)

Indisponible uniquement en vinyle chez tous les bons disquaires.

Tough Land

Tough Land

[bbfr 5 - Octobre 2011]

Au début des années 70, le groupe erre, cherche une direction et a beaucoup de mal à remplir ses obligations envers sa maison de disques. Alors, après Surf's Up, Carl Wilson prend la main ou tente de le faire et amène deux nouvelles têtes, la paire Blondie Chaplin/Ricky Fataar du groupe sud-africain The Flame. Deux albums s'en suivent : Carl & The Passion : So Tough (1972) et Holland (1973). Deux disques imparfaits et pas seulement parce qu'ils sont courts : 8 petits morceaux et 34 mn pour le premier et 9 titres et 36 mn pour le second. Alors, une fois encore, nous avons tenté d'en tirer le meilleur.
So Tough souffre de son incohérence, de ses morceaux aux styles disparates bien que, pris un à un, ils peuvent mériter de figurer sur un bon album. Deux titres signés Dennis Wilson/Daryl Dragon sont issus de la première tentative solo avorté du batteur (Make It Good, Cuddle Up) et deux autres (Here She Comes, Hold On Dear Brother) sont signés de la nouvelle paire. Si ces deux derniers n'ont qu'un lointain rapport avec le son Beach Boys, les quatre sont hors-sujet. Eliminés. Reste qu'il faudra un jour songer à réhabiliter cet album, souvent décrié.
Enregistré aux Pays-Bas, dans de coûteuses et pluvieuses conditions, Holland a meilleure réputation. Usurpée ? Bien qu'accompagnée de Carl Wilson et de Mike Love, la paire sud-africaine propose un Leaving This Town bien loin du niveau attendu. Ce cher Al Jardine ne fait pas mieux avec deux titres de la California Saga. Eliminés.
Comme nous avons mis de côté le conte fantaisiste proposé par Brian Wilson avec l'album Holland, avec raison diront quelques grincheux, il nous reste 10 titres.
L'ensemble est enfin cohérent et forme un bien beau disque.
Les 500 premiers exemplaires virtuels sont accompagnés d'un EP bonus qui reprend les 4 titres signés Fataar/Chaplin et enregistrés entre fin 1971 et 1972 avec les Beach Boys.

Compilation : Docteur Faustroll - Charlie Dontsurf
Notes de pochette de Charlie Dontsurf

    Face A :
  1. Sail On, Sailor
  2. He Come Down
  3. Funky Pretty
  4. Marcella
  5. Only With You
    Face B :
  1. Trader
  2. All This Is That
  3. Steamboat
  4. You Need A Mess Of Help To Stand Alone
  5. California Saga/Big Sur

Bonus : The Flame EP

    Face A :
  1. Here She Comes
  2. Hold On Dear Brother
    Face B :
  1. Leaving This Town
  2. We Got Love

A1, A3, A5, B1, B3 & B5 : Holland
A2, A4, B2 & B4 : Carl & The Passion : So Tough

Indisponible uniquement en vinyle chez tous les bons disquaires.

La suite du catalogue …

Custom Machine


Powered by X-Recherche

Albums Top 15

Les quinze meilleurs albums des Beach Boys choisis par les membres de la liste de discussion Petsounds-fr
Classement de Mars 2013
(entre parenthèses, le classement précédent)

1 (1) Pet Sounds (1966)

petsounds

2 (2) Smile (1967/2011)

smile

3 (3) Today! (1965)

today!

4 (4) Sunflower (1970)

petsounds

5 (5) Surf's Up (1971)

Surf's Up

6 (6) All Summer Long (1964)

All Summer Long

7 (7) 20/20 (1969)

20/20

8 (8) Summer Days (1965)

Summer Days

9 (9) Friends (1968)

petsounds

10 (11) Smiley Smile (1967)

Smiley Smile

11 (12) Holland (1973)

Holland

12 (10) Love You (1977)

Love You

13 (13) Surfer Girl (1963)

Surfer Girl

14 (-) That's Why God Made The Radio (2012)

That's Why God Made The Radio

15 (15) Shut Down, Vol. 2 (1964)

Shut Down

Love & Mercy, le film

Affiche du film Love & Mercy

Beach Boys . fr vous recommande …

couverture du Livre A l'assaut de l'empire du disque

Quand toute génération commet le même crime.
"Un récit passionnant sur la façon dont la technologie a mis sens dessus dessous le business de la musique. Un livre formidable et instructif (Nick Hornby).
Quel document ! Se lit comme un excellent polar. Indispensable. (Castor Astral, novembre 2016)

Livres

Quelques livres écrits par les éminents membres de la liste de discussion petsounds-fr. Lecture indispensable, voire obligatoire

The Beach Boys

Livre L'enfance pour l'éternité

Première biographie en langue française consacrée aux Beach Boys signée Gaël Tynevez (Camion Blanc, novembre 2002).

Petsounds

Livre Petsounds

Deuxième livre de Gaël Tynevez consacré à l'album Petsounds (Autour du Livre, collection Cahiers du Rock, juin 2007).

Rock et Politique

Livre Rock et Politique

Premier livre de Julien Demets consacré à une impossible cohabitation (Autour du Livre, collection Cahiers du Rock, juin 2011).

Ye-Ye Girls of '60s French Pop

couverture du livre Yé-Yé Girls

Un passage en revue subjective des filles du Yé-Yé par Jean-Emmanuel Deluxe. Superbe iconographie.
Livre en anglais.

Bubblegum & Sunshine Pop

Livre Bubblegum & Sunshine Pop

Un livre sucré de Jean-Emmanuel Deluxe consacré à la pop qui colle aux doigts (Autour du Livre, collection Cahiers du Rock, mars 2008).

Quelques nouvelles ...

Livre Quelques nouvelles de Régis Tytgat

Régis Tytgat nous donne de ses nouvelles. Et il est conseillé d'en prendre.
Un voisin encombrant. Un braqueur maladroit. Un chaperon rouge trop audacieux. Un lutin qui attend Noël. Un Placard pour la vie. Un réveil dans une chambre inconnue ... Quelques histoires d'humour et de suspens.

Autres auteurs ... Lecture souvent indispensable, toujours intéressante

L'Anti-Discothèque Idéale

Livre L'Anti-Discothèque Idéale

En novembre 2015, est paru aux Editions GM un bien bel ouvrage signé Christophe Conte, des Inrockuptibles, intitulé L'anti discothèque idéale et sous-titré 100 chefs-d'oeuvre auxquels vous avez échappé !. On sait l'homme de bon goût et le choix est magnifique. On y trouve l'album d'American Spring sorti en 1972 et produit en partie par Brian Wilson. La pièce centrale du livre, il est le seul à occuper plusieurs pages, est l'album de Dennis Wilson, Pacific Ocean Blue (1977). Pour l'occasion, la Fnac a proposé une édition spéciale dans laquelle est inséré un cd dudit disque.

In A Lonely Place

Livre Michka Assayas In A Lonely Place

L'excellente maison d'édition Le Mot Et Le Reste a demandé à Michka Assayas de réunir certains de ses écrits rocks dans ce nouveau livre, In A Lonely Place.
Pour bien faire, l'ouvrage commence par le cultissime article paru dans les Inrockuptibles, n°38, été 1992, intitulé La Symphonie Inachevée. A cette époque, Michka Assayas rencontre, pour une interview rare, Brian Wilson, et nous conte ça en plusieurs feuillets.
Pour le reste, et comme l'indique la 4ème de couverture, le livre est une anthologie de ses meilleures chroniques parues depuis le début des années 1980 jusqu'aux années 2000, dans Rock & Folk, Les Inrockuptibles, VSD et Libération. Au programme, Joy Divison/New Order, U2, Roxy Music et bien d'autres.

Dark Stuff - L'Envers du Rock

Nick Kent Dark Stuff

Nick Kent a compilé dans ce livre certains de ses articles parus notamment dans l'hebdomadaire anglais New Musical Express. Le livre est paru initialement en 1996 chez Austral dans sa collection X-Trême avant d'être réédité dans une version augmentée dix ans plus tard par Naïve.
Les 100 premières pages sont consacrées au long portait de Brian Wilson, intitulé Derrière la légende dorée des Beach Boys, la vraie vie de Brian (Wilson).

California Girls

Roman California Girls

1969. Les 36 heures qui signent la fin de l'innoncence ou comment Charles Manson et sa "famille" mettent fin à la période hippie.
Roman de Simon Liberati "atroce mais très réussi" dit la critique.

Liens

Petsounds-fr

La mailing liste francophone consacrée à la musique de Brian Wilson, des Beach Boys et à tout ce qui s'y rapporte de près ou de loin ... rejoignez-la !

Cliquez ici pour rejoindre petsounds-fr

Cliquez ici pour rejoindre petsounds-fr

Remerciements

  • A Brian Wilson, Carl Wilson, Dennis Wilson, Alan Jardine, Mike Love, Bruce Johnston et David Marks. Sans oublier Blondie Chaplin & Ricky Faatar. Accolade à Jeffrey Foskett.
  • Aux différents courageux contributeurs, tout spécialement à Gérard Hubert pour ses régulières et précieuses informations, à Kokomo pour ses précisions discographiques et au Dr Faustroll pour ses chroniques et articles tranchés.
  • A Lorraine Hubert pour le logo de BeachBoys.fr Records
  • A Ubu Dance Party qui nous héberge gracieusement.
  • A Erwin Aligam pour le modèle qui sert de base à la construction de ce site.