header photo

Beach Boys . fr

... in our room ...

ESQ - Summer 2016

Boxset Pet Sounds, 50ème anniversaire Le numéro estival du fanzine Endless Summer Quarterly (#114) est bien évidemment consacré au 50ème anniversaire de Pet Sounds.
Au sommaire, des interviews de Mike Love, Alan Jardine et Bruce Johnston qui passent en revue les titres de l'album et leurs souvenirs des sessions.
Lee Dempsey présente les éditions sur bande magnétique (7' - reel-to-reel) et sur vinyle en mono. Maniaque !
Enfin, une double page est consacrée au livre de Mark A. Moore, The Jan And Dean Record qui propose la chronologie de la carrière du duo (sessions, concert et charts)
Comme bien souvent, lecture indispensable.

“Pet Sounds 50” passé en revue

Boxset Pet Sounds, 50ème anniversaire

Tout a déjà été écrit sur Pet Sounds et on ne compte plus les parutions officielles ou non qui ont fleuri depuis la parution de l’album en 1966. Alors, quel est l’intérêt de cette énième édition en attendant sans doute celle du soixantième anniversaire ?
Déclinée en plusieurs formats (vinyle stéréo ou mono, double cd ou version collector en 4 cds + 1 blu-ray), elle peut sembler superflue et … elle l’est d’une certaine manière, surtout pour ceux qui possèdent déjà le coffret Pet Sounds Sessions de 1996. Nous nous concentrerons sur la version collector, la plus complète.
L’objet d’abord : un volume 32X25cm comprenant quatre cds et un blu-ray, agrémenté de nombreuses photos parfaitement reproduites, d’un texte de David Fricke replaçant l’œuvre dans son contexte, les lyrics, le détail des différents titres de l’album (musiciens, etc) : tout cela figurait déjà dans le coffret de 96 mais c’est ici reproduit en grand format donc plus lisible ;
Premier cd : l’album en versions stéréo et mono. La version stéréo est celle de 96, la version mono, elle, est inédite en cd et a été faite à partir de celle préparée pour le vinyle Capitol de 1972 qui avait vu la réédition de Pet Sounds couplé avec So Tough.
Les disques 2 et 3 seront les plus inutiles pour ceux qui possèdent le coffret de 96 car l’essentiel, à deux titres près, reprend ce qui y figurait déjà, que ce soient les extraits des sessions ou les « alternate versions ». Les deux inédits sont consacrés à I Know There’s An Answer : une session vocale et un "alternate mix" que l’on connaissait déjà via les bootlegs.
Le disque 4 est scindé en deux parties, la plus intéressante étant la première : 10 titres extraits de concerts inédits officiellement avec, notamment, les premières interprétations de Wouldn't It Be Nice, Sloop John B. et God Only Knows extraits du concert du 22/10/1966, une autre version de God Only Knows en Jamaïque et dédiée à … Bob Marley en 1982, une version de Sloop par Brian en 89 au cours des Endless Summer Shows et deux titres du magnifique concert du 26/11/1993 prévu pour promouvoir la sortie du coffret Good Vibrations. Capitol possède donc les bandes ! Il serait pour le moins souhaitable que des publications officielles sortent puisque tout cela était déjà paru officieusement!! Une remarque quand même : aucune information sur les musiciens présents lors de ces différents concerts. D’ailleurs, globalement, les informations restent lacunaires. Le reste du cd reprend le « Stack-O-Vocals » du coffret de 96 plus un inédit total : une version de Good Vibrations (Master Track with Partial Vocal) dont je n’ai trouvé aucune trace dans les bootlegs.
Le Blu-Ray, enfin, présente les versions stéréo, mono et 5.1 de l’album (cette dernière avait fait l’objet d’une première édition lors du quarantième anniversaire pour un dvd-audio, mais celle du Blu-Ray est de meilleure qualité) ainsi qu’une version instrumentale magnifique et inédite.
En résumé, coffret indispensable pour le fan hardcore ; les autres peuvent se contenter de la version en double cd qui remplit déjà bien son rôle avec l’essentiel des inédits : les versions mono et instrumentales ainsi que les enregistrements Live.

L'excellent site, bien qu'affilié à Amazon, The Second Disc passe en revue les différentes éditions du 50ème anniversaire de Pet Sounds. Où on apprend que c'est le mix réalisé par Carl Wilson en 1972 pour le double album Carl & The Passion/Pet Sounds qui est utilisé pour la version mono.

Independence Day Party et autres cd dispensables

Cd independence Day Party 1981 Depuis quelques mois fleurissent des enregistrements radio plus ou moins officiels (plutôt moins, à mon avis) sur des labels créés pour l’occasion. Il ne faut pas en attendre beaucoup, tant au niveau de la qualité du son que de la rareté du produit. Ce cd en est une belle illustration. Le son provient d’une vieille bande FM sans aucune remasterisation et qui donne l’impression d’entendre un vieux mp3. Les notes de pochette indiquent la présence des 5 membres originaux du groupe alors que Carl, à l’époque, a quitté le groupe et ne figure donc pas sur cet enregistrement. Les titres retenus sont ceux de l’époque : les Boys, transformés en juke box vivant, y enchaînent à toute vitesse une trentaine de titres (pour 79 minutes de musique !) ; personne ne semble vraiment concerné par la qualité de la musique, pas plus les musiciens (bon nombre de fausses notes) que le public qui s’en fout pas mal. Et puis il y a Brian qui, à l’époque, doit peser pas loin de 150 kilos et qui, en l’absence de son frère, doit le remplacer pour les titres qu’il ne peut manifestement plus chanter. C’est à la fois pathétique et finalement risible de l’entendre démolir Surfer Girl, God Only Knows ou Don’t Worry, Baby sans que personne, ni sur scène ni dans la foule, ne s’aperçoive que, décidément, quelque chose ne tourne pas rond là-dedans. On a donc davantage l’impression d’écouter une bande d’amateurs lors d’un mariage ou sur le parking d’un hypermarché local que les Beach Boys et il est assez terrible d’entendre certains titres (Wouldn’t It Be Nice, Good Vibrations, In My Room) saccagés de cette manière-là.
Bref, un album dispensable, réservé aux seuls inconditionnels des Boys.

Independance Day 1981 - Live At The Mall, Washington DC - 4th July 1981 (All Access/Chrome Dreams)

Puisque le bon Dr Faustroll a commencé, n'hésitons pas à dire du mal de tous ces cds qui s'avèrent largement dispensables.

album live With Me Tonight La plus belle arnaque (ou la meilleure affaire ?) s'intitule With Me Tonight (On Stage Entertainment). Comme son sous-nom l'indique, l'album est sensé présenter des enregistrements live ayant été radiodiffusés entre 1968 et 1970. Pas du tout. On trouve dessus tout simplement le contenu de l'album pirate Smile - Unsurpassed Masters Vol. 16 (1966-1967) du fameux label Sea Of Tunes apparu sur le marché alternatif en 1999. Historique mais un peu obsolète depuis la parution des Smile Sessions. Au moins, le son est correct.
Album Live at Fillmore East 1971 Live At The Fillmore East 1971 (Iconography) est représentatif de toutes ces parutions semi-officielles, publiées sans l'accord du groupe mais bénéficiant de changement de règles quant aux droits d'auteur ou au domaine public. Ces disques sont bien souvent parus des années avant sur le marché parallèle, avec le défaut et les qualités de ces fameuses éditions pirates (des enregistrements live inédits avec un son trop souvent pathétique). Quant un "label" annonce une version rematérisée, attendez-vous plutôt à un simple "nettoyage", et encore. Il s'agit le plus souvent d'une simple copie du disque pirate. C'est le cas ici. Le bon Dr Faustroll n'a pas tort quand il parle de l'impression d'entendre un vieux mp3. Au moins avons-nous affaire là à une bonne période live du groupe même si le son reste passable. Alors, si vous ne l'avez pas déjà ...
Coffret Filmore East Notons que le 15 avril 2016, le label Echoes a sorti un coffret 4 cd rétrospectif des 3 dernières soirées du Fillmore East en 1971, The Fillmore East, last 3 nites. Nous y retrouvons les 11 titres joués par les Beach Boys et déjà présents sur l'album présenté ci-dessus. Albert King, J. Geils Band, Edgar Winter et Allman Brothers Band partageaient l'affiche avec les Beach Boys. Alors, si vous êtes courageux ...
Album Ringing The Liberty Bell Nous serons moins sévères que le bon Dr Faustroll quant à la qualité de l'interprétation en ce jour de l'Independence Day (encore !) du 4 juillet 1985 à Philadelphie cette fois. Bien que. En fait, c'est assez mou et le son nous fatigue vite les oreilles. (Ringing The Liberty Bell - Independence Day 1985, Philadelphia, PA / Gossip Productions). Cet album a déjà fait l'objet d'une parution officielle, sur vinyle, en décembre 1986 sur le label de Mike Love, Love Foundation, sous le nom Fourth Of July - A Rockin' Celebration Of America.
Carl Wilson : Bottom Line Carl Wilson a droit aussi à son disque live (Long Promised Road - Bottom Line, NYC, - April 13th 1981 / Shady Grove). Le son métallique nous a tellement agressé que nous ne nous souvenons plus si nous sommes allés au bout. En tout cas, nous ne sommes pas prêts de recommencer cette expérience. Une autre édition de ce concert existe sous le nom Too Early To Tell - Live At The Bottom Line, New York City, 1981 (Hobo).
Live In Japan 66 Deux autres "produits" sont annoncés sur le label Rox Vox pour la mi-juin 2016. Live In The Eighties propose un concert de 1980 avec quelques titres du concert du 4 juillet 1981 dont il est question ci-dessus. Quel bonheur !
Live In Japan 66 a été enregistré, lui, au Sankei Hall d'Osaka le 13 janvier 1966.

Pour corser le tout, signalons que ces mêmes enregistrements, ou d'autres, font parfois l'objet d'une parution numérique sur d'autres labels comme Doxy Records. C'est le cas de :

  • Live At The Fillmore East 1971
  • The Mall, Washington DC 1981 (aka Independence Day Party)
  • Washington Monument, Washington DC, July 4th 1984
  • Ben Franklin Parkway Art Museum, Philadelphia, July 4th 1985 (aka Ringing Liberty Bell)

Les pochettes des albums

livre sur les pochettes des albums "BACK THROUGH THE OPERA GLASS (The Beach Boys Album Sleeves)" était à l'origine un site web consacré à l'histoire des pochettes des différents albums des Beach Boys. C'est maintenat une page Facebook mais également un ouvrage (en anglais) téléchargeable en trois parties.
Il raconte les histoires derrière le nombre incroyable de pochettes qui ont accompagné le travail du groupe à travers les années, proposant des commentaires et des entretiens avec un certain nombre des principaux acteurs et concepteurs de ces oeuvres.

Pet Sounds 50th Anniversary Tour, London Palladium, 20 mai 2016

Un peu déçus ...

Arrivé dans l’après-midi à Londres, je me dirige aux alentours de 18h30 vers Argyll Street où aura lieu ce soir le premier concert londonien de Brian. Sortant de Little Argyll Street, je découvre la façade du London Palladium où sur fond vert se détachent les mots tant attendus : Brian Wilson Presents Pet Sounds (voir photo). C’est déjà une première émotion forte que j’ai un peu de mal à cacher à ma compagne, l’entraînant rapidement à l’écart, tant je me sens submergé par l’événement attendu depuis trois mois. Vers 19h, nous revenons devant la salle que la foule envahit déjà. A 19h30, nous gagnons nos places : la salle est superbe, typique de ces vieux théâtres dont Londres a le secret (eh oui, je ne m’interdis aucun cliché !). En fond sonore, des versions symphoniques des succès des Beach Boys assez indigestes. J’en profite pour aller acheter le programme, assez pauvre en comparaison de celui de la tournée SMiLE de 2004
fronton du London Palladium Vers 20h15, soudain, le groupe entre en scène sans aucune annonce et on distingue Brian trottinant mécaniquement vers son piano devant lequel il s’affale, soulagé. Pendant tout le concert, il sera difficile de ne pas éprouver un certain malaise en voyant ce Brian monolithique s’animant parfois, souvent absent, et se réfugiant régulièrement dans les coulisses où l’attend une main secourable, comme si la scène était un espace hostile. Je sais que l’on nous répète depuis vingt ans que Brian aime la scène, qu’il est heureux d’y être, mais le moins que l’on puisse dire est que ça ne se voit plus, si ça ne s’est jamais vu. Bref, la première partie débute par le traditionnel Our Prayer et enchaîne ensuite quelques titres emblématiques de Wilson pour les Beach Boys. Comme j’ai déjà écouté quelques enregistrements de la tournée, je regarde défiler cette partie qui, passée l’émotion de voir Brian en scène, me tire parfois quelques bâillements. Brian intervient peu, laissant la place vocale surtout aux Jardine père et fils qui sont un peu les vedettes de cette tournée européenne en l’absence de Darian Sahanaja, et la direction orchestrale à Paul von Mertens. Matt Jardine, donc, à qui revient l’honneur de chanter les parties de Brian que celui-ci ne peut plus interpréter, s’en tire plutôt bien mais ne fait pas oublier Jeff Foskett dans ce rôle. Tout cela ronronne comme il faut jusqu’à ce que Brian annonce Blondie Chaplin qui, survolté, envahit la scène, court de droite à gauche, et interprète trois titres : Wild Honey (superbe !), Funky Pretty et Sail on, Sailor. C’est vraiment une bonne idée de l’avoir intégré à la tournée, même si sa voix n’est plus celle d’il y a 40 ans, tant l’homme fait le show à la manière de … Mick Jagger dont il fut l’employé pendant plusieurs années. Avant la fin de cette partie, Brian a déjà regagné les coulisses et laisse Mertens annoncer l’entracte et la deuxième partie consacrée à Pet Sounds

Quinze minutes plus tard, le temps d’arracher une bouteille d’eau au bar surpeuplé, je regagne ma place et entend l’extrait des répétitions de Wouldn’t It be Nice que le groupe, de retour sur scène, interprétera en tant que huitième prise. C’est parti pour ce qui reste pour moi le clou de la soirée avec de très beaux moments (Don’t Talk, particulièrement émouvant, les deux instrumentaux, superbes), des effets de lumière particulièrement bienvenus et l’évidence que cet album est bien le sommet de Brian, tant l’unité de l’ensemble frappe les oreilles. J’en ai presque oublié Brian qui continue à se faire oublier tant qu’il peut, passant de nombreux moments à attendre…la suite et la fin, tant il semble à côté du groupe, ce qu’Al Jardine résume, modifiant la fin de I Just Wasn’t Made For These Times en He Just Wasn’t Made For These Times ! Un Brian qui rejoint en trottinant les coulisses une nouvelle fois sans attendre la fin de Caroline, No.
Seconde interruption, très courte celle-ci, avant que Mertens ne présente l’ensemble des musiciens. La fin du concert enchaîne cette fois-ci les succès des Beach Boys, de Good Vibrations à Fun, Fun, Fun. Mais le spectacle n’est plus sur scène mais dans la salle : tout le monde est debout, dansant, chantant, hurlant. Puis, tous se rassoient, se recueillent pendant Love & Mercy. Tout le groupe salue et c’est fini, les lumières se rallument et nous nous dirigeons vers la sortie.

La tête encore pleine de souvenirs, de sons, d’images, nous nous dirigeons vers l’entrée des artistes où un petit groupe d’ultras, parmi lesquels je croise Jacques et Yann, espère fiévreusement que Brian sortira. On y croit, fatalement, d’autant que devant l’entrée stationnent deux berlines feux allumés qui ne peuvent être destinées qu’à notre idole. Eh bien, nous avons vu sortir tout le groupe, Blondie, Al, Probyn Gregory, Paul von Mertens, Billy Hinsche, Nick Walusko, Gary Griffin, très heureux de savoir que nous venions de France, jusqu’à Mike d’Amico, le dernier, mais pas de Brian. Un type, bière en main, finira par nous dire qu’il a quitté les lieux dès la fin du concert et nous remercie d’être venus. Il pleut, les pubs sont fermés, il n’y a plus que des souvenirs. Nous repartons, un peu déçus malgré tout, en jetant un dernier regard aux phares de la Mercedes qui stationne toujours devant l’entrée …

Pop Machine Music

Comment dire ... je n'ai probablement pas assisté à "mon" meilleur concert de Brian Wilson mais il s'est passé quelque chose ... que je ne suis pas sûr de savoir conter en mots (pas aussi bien en tout cas que notre bon vieux Dr Faustroll, dont c'est le métier !).
A ma grande surprise, Blondie Chaplin a été assez extraordinaire, dynamitant la première partie du show. Quelle version de Wild Honey, dantesque ... a kind of pop-funk-metal machine music. Il s'en est pris après à Funky Pretty. Rien que pour ce titre, il fallait en être.
Auparavant, j'avais apprécié California Girls, I Get Around et d'autres mais je restais sur ma faim, en grande partie à cause d'un son pas à hauteur de la musique proposée.
Au rayon des "rare cuts" promises au fronton du Palladium, il faut citer une belle version de Wake The World par Alan Jardine.
Et puis, Brian ... a fait du Brian, parfois absent, parfois pressé de quitter la scène et parfois touchant, souvent émerveillé et émouvant (In My Room, Add Some Music, les titres de Pet Sounds, tout particulièrement Don't Talk (Put Your Head On My Shoulder)).
A propos de Pet Sounds, interprétation moins parfaite qu'il y a 14 ans au Royal Festival Hall mais ... mais ... waouh ... quel bonheur !
Les absences de Darian Sahanaja et Scott Bennett se sont faites ressentir, moins celle de Jeffrey Foskett : passé un ou deux titres pour s'habituer à la voix, j'ai particulièrement apprécié Matt Jardine. Même s'il peut avoir tendance à ajouter des effets superflus, son timbre apporte une touche différente et personnelle appréciable (magnifique Don't Worry Baby).
Et puis, ce rappel de folie, foule en liesse, de Good Vibrations à couper le souffle !
Eh, guys, His Music lives !

Set-lists

    Première partie :
  1. Our Prayer
  2. Heroes & Villains
  3. California Girls
  4. Dance, Dance, Dance
  5. I Get Around
  6. Shut Down
  7. Little Deuce Coupe
  8. Little Honda
  9. In My Room
  10. Surfer Girl
  11. Don't Worry Baby
  12. Wake The World
  13. Add Some Music To Your Day
  14. Do It Again
  15. One Kind Of Love
  16. Wild Honey
  17. Funky Pretty
  18. Sail On, Sailor
    Seconde Partie (Pet Sounds) :
  1. Wouldn't It Be Nice
  2. You Still Believe In Me
  3. That's Not Me
  4. Don't Talk (Put Your Head On My Shoulder)
  5. I'm Waiting For The Day
  6. Let's Go Away For Awhile
  7. Sloop John B
  8. God Only Knows
  9. I Know There's An Answer
  10. Here Today
  11. I Just Wasn't Made For These Times
  12. Pet Sounds
  13. Caroline, No
    Rappel :
  1. Good Vibrations
  2. All Summer Long
  3. Help Me, Rhonda
  4. Barbara Ann
  5. Surfin' USA
  6. Fun, Fun, Fun
  7. Love & Mercy

Le lendemain, deux titres supplémentaires ont été interprétés pendant la 1ère partie : Cottonfields et Girl Don't Tell Me. Dimanche 22, Please Let Me Wonder a remplacé Cottonfields.

Nouvelles dates européennes

Quatre nouvelles dates européennes ont été ajoutées au Pet Sounds 50th Anniversary Tour : 1/06 au Primera Festival de Porto (Portugal), le 1/09 à Randers (Danemark), le 3/09 dans le cadre du festival Together The People à Brighton (Angleterre) et dans ce même pays le lendemain à Southend-On-Sea.

Sounds Of Summer en vinyle

édition vinyle de Sounds Of Summer Universal a sorti le 6 mai dernier une édition vinyle (180gr) de la compilation Sounds Of Summer. Voici ce que nous en disons par ailleurs : En juin 2003, paraît la compilation Sounds Of Summer - The Very Best of The Beach Boys. Réunissant 30 titres, elle a la particularité de proposer des mixages stéréos inédits de certains titres comme Shut Down et Dance, Dance, Dance. Elle atteint la 16ème place des charts et est aujourd'hui triple disque de platine aux USA.
Elle n'est disponible qu'en vente en ligne sur le site anglais uDiscover.

Pet Sounds Tribute

album Pet Sounds Tribute Brian Wilson devait jouer au Levitation Music Festival d'Austin (Texas/USA) le 30 avril dernier à l'occasion du Pet Sounds 50th Anniversary Tour. Les organisateurs ont du annuler les festivités du fait d'un très mauvais temps annoncé. Ils avaient préalablement décidé de fêter l'événement en produisant un album "tribute" au fabuleux album de Brian Wilson et ses Beach Boys.
Il sortira en boutique le 27 mai, édition unique en vinyle 180gr à 2000 exemplaires, pochette "gatefold", mais est déjà disponible sur le site du festival. On a hâte d'entendre The Black Angels reprenant Good Vibrations !

Sagawa 60's : Brian Wilson

Magazine Rockawa #15 Le nouveau numéro du magazine Rockawa (#15, mai-juin 2016) aborde le cas Brian WIlson dans sa rubrique Sagawa 60's : Tout ce que Brian Wilson, alors tête pensante des Beach Boys, avait à faire, c’était rester à la maison pour composer un chef d’œuvre. Mais personne n’avait prévu la paranoïa, les resquilleurs et toute cette cargaison de LSD…. Au sommaire également, Deep Purple, Peter Gabriel, Beck, Weezer et Deftones ; en couverture, Eric Clapton. Soutenez la presse indépendante (et de qualité !). A commander sur le site du magazine, d'autant plus que l'article est excellent, même s'il omet de citer la parution de sMile en 2011.

Anarchie chez Capitol

4 des albums réédités par Capitol Il faut reconnaître que c'est un peu l'anarchie, au moins un beau maquis, dans les rééditions vinyles entreprises par Capitol Records depuis 2008. Pas facile de s'y retrouver. Nous avons néanmoins tenté mais nous ne sommes pas sûrs de notre coup. Toute information est la bienvenue.
Voilà ce que nous avons recensé (avec les pays de parution entre parenthèses) :

  • Christmas Album (US)
  • Concert (US)
  • Today! (US + UE)
  • Summer Days (And Summer Nights) (US + UE)
  • Pet Sounds (US)
  • Friends (US)
  • 20/20 (US)
  • Sunflower (US)
  • Surf's Up (US + UE)
  • Live In London (US) (avec la pochette hollandaise)
  • Carl & The Passions (US + UE)
  • In Concert (US)
  • Endless Summer (US)
  • 15 Big Ones (US + UE)
  • Love You (US)
  • MIU (US + UE)
  • Light Album (US + UE)
  • Keeping The Summer ALive (US + UE)
  • The Beach Boys (US + UE)

Autobiographies à la pelle

Livre I Am Brian Wilson Après l'été, vient l'automne. Normalement. Avec ses feuilles qui se ramassent ... Cette année, chez les Beach Boys, ce sont les autobiographies que l'on va ramasser à la pelle. La grande affaire sera la parution d'une seconde autobiographie de Brian Wilson rédigée avec l'aide de Ben Greenman et sobrement intitulée I Am Brian Wilson, A Memoir. Livre Good Vibrations Elle est prévue le 11 octobre 2016 chez Da Capo Press. Probablement moins attendue, au moins par certains fans, Good Vibrations, My Life As A Beach Boy, l'autobiographie de Mike Love, aidé par James S. Hirsch, paraîtra un mois avant, à la fin de l'été en fait, le 13 septembre, chez Blue Rider Press. De nouveaux procès en perspective ?

Le point sur les rééditions Analogue Productions

album Smiley Smile Il n'y a pas que Capitol US pour les vinyles ou les japonais pour les Hybrid Stereo SACD à se lancer dans les belles rééditions du catalogue des Beach Boys.
Chez Analog Productions, une division d'Acoustic Sounds, nous pouvons même parler de travail somptueux. Nous parlons ici de Haute-Fidélité. Le but avoué chez Analog est de proposer les rééditions ultimes, qui feront sans doute le bonheur de fans freaks, hardcore et, eux-aussi, ultimes. Les vinyles sont pressés en 200 gram. Un soin tout particulier est apporté à la reproduction des pochettes. Alors, ce travail somptueux à son coût. Certains vinyles ont été aperçus à plus de 50€ chez Gibert à Paris il y a quelques mois. Il y a moyen de trouver meilleur marché via la boutique en ligne Fargo. Les SACD sont proposés à 30$ sur le site Acoustic Sounds.
Mais Analog a vraiment sorti le grand jeu. Selon les albums, le label propose une version sur Hybrid Stereo SACD incluant la version mono et stéréo, une version vinyle mono et une version vinyle stéréo, parfois la première pour certains lp. Rien que ça. Etat des lieux.

    Disponibles à ce jour :
  • Surfin' Safari : vinyle mono et HS-SACD mono
  • Surfin' USA : vinyle mono, vinyle stéréo et HS-SACD
  • Surfer Girl : vinyle mono, vinyle stéréo et HS-SACD
  • Little Deuce Coupe : vinyle mono, vinyle stéréo et HS-SACD
  • Shut Down Vol. 2 : vinyle mono, vinyle stéréo et HS-SACD
  • All Summer Long : vinyle mono, vinyle stéréo et HS-SACD
  • Today! : vinyle mono, vinyle stéréo* et HS-SACD
  • Summer Days (And Summer Nights) : vinyle mono, vinyle stéréo* et HS-SACD
  • Party! : vinyle mono, vinyle stéréo* et HS-SACD
  • Pet Sounds : vinyle mono, vinyle stéréo et HS-SACD
    A paraitre en juillet 2016 pour les vinyles et juin pour les HS-SACD :
  • Smiley Smile : vinyle mono, vinyle stéréo* et HS-SACD
  • Sunflower : vinyle stéréo et HS-SACD stéréo
  • Surf's Up : vinyle stéréo et HS-SACD stéréo
  • Holland : vinyle stéréo et HS-SACD stéréo

* indique une première édition stéréo en vinyle. La version originale de Smiley Smile marquée "stéréo", préfixe ST sur la pochette, est en fait une version "Duophonic pseudo-amélioré", un procédé utilisé dans ces années-là par Capitol pour créer un faux effet stéréo.
Les Hybrid Stereo SACD proposent les versions mono et stéréo sauf mention contraire
Les éditions de Holland proposent bien évidemment l'EP Mount Vernon And Fairway (A Fairy Tale) (sur un maxi 30 cm dans l'édition vinyle) mais également en bonus le titre We Got Love (voir à ce sujet le coin du collectionneur sur notre page consacré à l'album).

Surfers Rules #21.2

  • Une édition vinyle de la compilation Here Today (voir plus bas) est annoncée chez Ace Records
  • Une critique du film Love & Mercy parue dans Positif (n°655, septembre 2015)
  • Depuis les dernières Surfers Rules, 3 numéros d'Endless Summer Quarterly ont paru. Le N°110 (été 2015) est centré sur l'album Summer Days (Summer Nights) avec des inteviews de Mike Love, Al Jardine et Bruce Johnston. No Pier Pressure, le documentaire I Just Wasn't Made For These Times et surtout l'album resté inédit Adult Child occupent le n° 111 (Automne 2015). Le suivant (112/Hiver 2015) est carrément indispensable puisqu'il est consacré aux Paley Sessions avec une longue interview d'Andy Paley dans laquelle tous les titres enregistrés ou travaillés sont passés en revue.
  • Le label français LMLR, en association avec Capitol et Culture Factory, a réédité en décembre 2015 l'album Beach Boys' Christmas Album en version cd "Vinyl Réplica". Très bel objet, avec pochette cartonnée, reproduisant le vinyle original y compris la pochette intérieure. Superbe.
  • La dent et la plume dures du Dr Faustroll ne nous feront pas oublier que Love & Mercy est un bien beau film consacré à Brian Wilson. Il est sorti en dvd et blu-ray le 24 novembre dernier. La Bande Originale, signée Atticus Ross, est parue sur cd le 18 septembre puis, à l'occasion du Record Store Day sur vinyle bleu le 27 novembre. Elle comprend une très belle version live du titre-générique.
  • Dans le cadre du même Record Store Day, il faut absolument signaler une réédition sur vinyle bleu marbré du plus bel effet du 1er album solo de Brian Wilson par Rhino/Warner (R1 79960). Ce double-album reprend l'ensemble des titres, bonus compris, de l'édition cd de 2000.
  • Paul Dano a reçu le 25ème Gotham Independant Film Award et le New York Film Critics Award pour son interprétation de Brian Wilson dans Love & Mercy
  • Le 6 novembre 2015, Mike Love a sorti le titre (You'll Never Be) Alone On Christmas Day, co-écrit avec Ron Altbach. Produite par Michael Lloyd, cette version a été enregistrée avec Scott Totten, Brian Eichenberger, Jeffrey Foskett, John Cowsill et Bruce Johnston. Les Beach Boys avaient enregistré en 1977 une démo du titre dans le cadre du projet avorté Merry Christmas With The Beach Boys. Mike s'est décidé à finaliser cet enregistrement après que le groupe français Phoenix l'ait contacté pour enregistrer sa propre version destinée à la bande originale du film de Bill Murray, A Verry Murray Christams. Bill Murray (voix) et David Johansen (percussions) ont participé à la version "Phoenix".
  • Parution le 28 octobre 2015 du livre-album (en anglais) de Johnny Morgan, The Beach Boys America's Band (Sterling Publishing). Il balaie l'ensemble de la carrière du groupe de 1961 à nos jours. Destiné au grand public, il n'apprendra pas grand chose aux fans les plus hardcore. Sa mise en page peut également ne pas convaincre bien qu'il fourmille de photos et reproductions d'affiche.
  • Après Youngblood en 2010, le label américain Iconoclassic Records a réédité en 2015, sur support cd, le premier album solo de Carl Wilson (ICON 1042).
  • La rubrique Erudit Rock du n°577 de Rock & Folk (septembre 2015) était consacrée aux Beach Boys.

Dans la presse #7.4

  • Jukebox Magazine poursuit la publication de ses désormais célèbres argus. Depuis quelques temps, ils portent sur les 45 tours, Ep ou Sp, et les 33 tours, 25 ou 30 cm, parus en France entre 1954 et 1970 d'artistes français et étrangers. Le n°353, avril 2016, présente la 18ème partie de cet argus, de B. Bumble And The Stingers aux Beatles. Et cela tombe bien puisque entre les deux, il y a les Beach Boys. Tous les disques français du groupe sortis entre les deux bornes calendaires sont donc présentés, détaillés et cotés, photographies à l'appui. Tous ? Non. Curieusement, le simple Tears In The Morning, sorti en novembre 1970, est absent. Par contre, un drôle d'objet apparaît : une deuxième version de I Can Hear Music présentée avec une pochette au lettrage noir. Pour notre expert, il s'agirait d'un "faux". Et puis signalons enfin que l'album Live In London est sorti chez nous en 1972, pas en 1970. Par ailleurs, il faut toujours être prudent avec la cotation proposée par Jukebox. Nous sommes ainsi surpris des "faibles" prix indiqués pour les albums Smiley Smile et Friends sur lesquels il n'est pas évident de mettre la main. Bonne chasse !
  • Après les Inrockuptibles, l'édition française de Rolling Stone lance aussi son numéro spécial 1966 (#29), La Révolution Pop avec un article de Stan Cuesta intitulé L'année des Beach Boys.
  • Le n°228 (may 2016) du magazine anglais Uncut, décidemment très en forme, propose une interview de Brian Wilson réalisée chez lui à Beverly Hills. Au menu, le 50ème anniversaire de Pet Sounds avec coffret et tournée, sa future et nouvelle autobiographie I am Brian Wilson à paraître en octobre, l'éternel projet de l'album de reprises de vieux rock'n roll et sa vie quotidienne ; toujours avec des réponses lapidaires. Avec également des interventions de Nick Walusko, Al Jardine et Blondie Chaplin.
  • Avec le journal Archives de Fnac (#1, mars 2016), les disquaires de l'enseigne proposent une sélection succulente de 101 albums vinyles. A la lettre B, les Beach Boys avec Summer Days (and Summer Nights).
  • Le jeudi 10 mars, le magazine anglais Uncut a sorti un spécial Beach Boys intitulé Surf's Up!.
  • Le n°1255 de la version américaine du magazine Rolling Stone (25/02/2016) offre 6 pages sur Mike Love.
  • Les Inrockuptibles fêtent le 50ème anniversaire de la fabuleuse année 1966, l'année qui bouleversa la musique, avec un numéro HS sobrement intitulé 1966. En mai ... Pet Sounds.
  • Le mensuel Première dans son n° de décembre 2015/janvier 2016 (#466/467) propose une interview d'Oren Moverman à l'occasion de la sortie du dvd/blu-ray de Love & Mercy
  • Le mensuel anglais Record Collector tente de redorer le blason de Mike Love dans le n°449 (janvier 2016). Dans le même numéro, plus intéressants que cet article sont la courte interview de Mike, un aparté sur les chansons (des Beach Boys) qui ont "souffert d'insolation" et un autre sur quelques pépites malconnues éparpillées sur diverses compilations.
  • Friande du concept, la Fnac a sorti au cours du dernier trimestre 2015 sa (nouvelle) version de la "discothéque idéale". Plutôt grand public dans les choix, et par le fait décevante, elle classe Pet Sounds comme un de ses albums incontournables. C'est bien la moindre des choses.
  • Plus riche et plus maligne est la sélection des 200 Greatest Albums Of All Time que le magazine Uncut propose dans son n°225 (février 2016). Pet Sounds est n° 1 et Surf's Up est classé à la 135ème place.

Pet Sounds, 50ème anniversaire de l'album

Bien évidemment, Capitol/Universal tente de fêter dignement le 50ème anniversaire de la merveille des merveilles, l'album Pet Sounds sorti en 1966. Il ne fallait pas s'attendre à une montagne d'inédits, alors reconnaissons que la maison de disques historique des Beach Boys a bien fait les choses, au moins pour nous faire ouvrir une nouvelle fois notre porte-monnaie.
Au programme, une édition deluxe avec un coffret en forme de livre/album composé pas moins de 4 cd et un blu-ray, une version "allégée" avec un double cd et bien sûr des versions vinyles 180gr, une mono et une stéréo, le tout remastérisé et disponible à partir du 10 juin 2016.
La pièce maîtresse de cette campagne est évidemment le coffret 4 cd + 1 blu-ray avec l'album en version mono et stéréo sur le 1er cd. Les cd 2 et 3 proposent des extraits des sessions et des versions alternatives pour la très grande majorité déjà présents dans le coffret de 1997. Les seules pistes inédites sont une session vocale et un mix alternatif de I Know There's An Answer. Le 4ème cd propose lui des versions live, officiellement inédites, de titres de l'album et de Good Vibrations. Nous y trouvons également la version vocale de l'album appelée Stack-O-Vocals ainsi qu'une version inédite de Good Vibrations (le master original avec des vocaux partiels). Le blu-ray "Pure Audio Disc" en Surround 5.1 propose les versions mono (sic), stéréo et instrumentale du disque, quelques sessions et mix alternatifs ainsi que le titre Summer Means New Love.
La version 2 cd présente l'album en mono et stéréo ainsi que les titres en public et les instrumentaux.
Enfin, les éditions vinyles, une mono et l'autre stéréo, incluent des codes pour télécharger les titres en version numérique.
Vous trouverez le détail de tout ça sur le site d'Universal Udiscovermusic. Il propose quelques exclusivités : une édition "bundle" avec le coffret, un sac siglé du 50ème anniversaire, un ballon de plage (!) et une lithographie signée de la main du maître (100 exemplaires), un autre "bundle" sans la litho et, enfin, les albums vinyles accompagnés d'un rond central pour platine au couleur de l'album.
That's all, pigeon ! Achetez et souriez.

ESQ #113, spring 2016

N°113 du fanzine ESQ, printemps 2016 Le numéro de printemps du fanzine Endless Summer Quarterly vient de paraître avec au programme un long article intitulé Becomming The Wrecking Crew consacré aux acteurs/musiciens qui ont joué les rôles de la célébre équipe pour le film Love & Mercy.
Egalement une interview du Docteur Barbara Van Dahlen, responsable de Campaign To Change Direction, programme de sensibilisation aux maladies mentales auquel participent Melinda & Brian Wilson.

Panic! At The Disco

Les passionnés des Beach Boys peuvent se pencher avec amusement sur le texte de Crazy = Genius, un titre du dernier album de Panic! At The Disco (nom de groupe qui raisonne étrangement après le Bataclan), Death Of A Bachelor.

Nous vous livrons un court extrait :
She said you're just like
Mike Love
But you wanna be
Brian Wilson
Brian Wilson
She said you're just like
Mike Love
But you'll never be
Brian Wilson


She said you're just like
Mike Love
But you wanna be
Brian Wilson
Brian Wilson
She said you're just like
Mike Love
But you'll never be
Dennis Wilson

Our Favourite Recording Sessions With The Beach Boys

Livre Our Favourite Recording Sessions With The Beach Boys

Nous sommes passés à côté de ce livre lors de sa parution en septembre 2014. Oubli réparé. C'est le deuxième effort des Editions Berlots consacré aux Beach Boys (et à Brian Wilson). Encouragements.
Le livre détaille 94 sessions d'enregistrement des Beach Boys, entre 1961 et 1970, sur la base des documents de l'American Federation of Musicians.
Il présente également les événements situés entre 1961 et l'été 1962 qui ont vu la naissance des Beach Boys avec de nombreuses interviews des intéressés.

401 pages, 16 €

Baston : Little Honda

Le groupe rennais Baston reprend Little Honda et ça décoiffe !

Pet Sounds
50th Anniversary Tour

Affiche Pet Sounds 50th Anniversary tour Le management de Brian Wilson a annoncé en fin d'année dernière que 2016 verra notre homme faire ses adieux à la scène à l'occasion d'une monumentale tournée mondiale célébrant les 50 ans de la merveille des merveilles, l'album Pet Sounds. Al Jardine et Blondie Chaplin seront de la partie.
A ce jour, 65 dates sont annoncées à travers le monde. La tournée débute en Nouvelle-Zélande, le 26 mars à Auckland puis traverse l'Australie pour 6 dates, dont 2 à Sydney, et atteint le Japon (Tokyo les 12 & 13 avril & Osaka le 15). Elle gagne la Grande Bretagne avec pas moins de 12 dates, du 15 mai à Bristol au 1er juin à Nottingham. Certains concerts sont déjà sold-out comme à Bristol ou encore à Londres les 20 & 21 mai, ville où il a fallu ajouter un concert (22 mai). L'Europe continentale est bizarrement à peine visitée puisque un seul concert est prévu, le 4 juin, à Barcelone (Primavera Festival). S'en suit un petit tour en Israël (Tel Aviv le 8 juin).
Puis vient le gros morceau avec les Etats-Unis qui seront traversés en long, en large et en travers par Brian et son groupe à l'été et l'automne 2016. Plus de 40 dates sont annoncées à ce jour, du 14 juin au 15 octobre. Boston, Detroit, Nashville, San Fransisco ou encore Los Angeles avec l'Hollywood Bowl le 10 juillet seront visitées.
D'autres annonces pourraient être faites avec pourquoi pas une date à Paris ? Il est vrai qu'il reste des opportunités calendaires entre les concerts de Nottingham, Barcelone et Tel Aviv mais il y a peu d'espoir ...

Uncovered And Unplugged

Beach Boys Party Uncovered and unplugged Capitol poursuit sa campagne d'éditions d'enregistrements inédits des Beach Boys avec la parution le 20 nombre 2015 d'un double cd regroupant les sessions de l'album Beach Boys' Party! sous le nom Beach Boys' Party! : Uncovered And Unplugged. Cet album présente la quasi-totalité des titres enregistrés sans les overdubs ajoutés à l'époque (rires, commentaires et autres bruits d'une "partie"). Bien que le cd comporte 43 morceaux, notons qu'il manque quelques titres par rapport à l'édition pirate du label Sea Of Tunes, Unsurpassed Masters Vol. 10. Il propose néanmoins des titres ne figurant pas sur l'album original : "One Kiss Led to Another", "You've Lost That Lovin' Feelin'", "Hang On Sloopy", "Twist and Shout", "The Diary", "Laugh at Me", "Ticket to Ride", "Blowin' in the Wind", "Riot in Cell Block Number 9", "Satisfaction", "Smokey Joe's Cafe", "Long Tall Sally", et "Heart and Soul". "Ruby Baby" n'est pas inédit puisque la chanson figure dans le coffret de 1993, Good Vibrations: Thirty Years of The Beach Boys.
La version vinyle, sortie quelques jours plus tard, ne propose que les 12 titres "uncovered" de l'album original.
Notes de livret signées Alan Boyd, Craig Slowinski et Mark Linett.
Ce n'était sans doute pas une priorité pour les fans, tant l'album, enregistré entre Summer Days ! (Summer Nights) et Pet Sounds, peut faire pâle figure, mais ne boudons pas notre plaisir et encourageons Capitol à poursuivre dans ce sens.

Beach Boys Live

Album Live in Chicago 1965 Capitol continue à mettre sur le marché des enregistrements inédits avant qu'ils ne tombent dans le domaine public. Ainsi, après Live In Sacramento 1964 en 2014, c'est Live In Chicago 1965 qui a fait son apparition en 2015. Ces "albums" ne sont disponibles qu'en téléchargement mais, contrairement au Sacramento uniquement paru aux Etats-Unis, le Chicago 1965 a bénéficié d'une sortie en Europe.
Ces bandes avaient été enregistrées à l'Arie Crown Theatre de Chicago les 26 et 27 mars 1965 en vue d'un album live qui n'avait jamais vu le jour.

Here Today!

Compilation Here Today, Ace Records Après Pet Projects, les productions de Brian Wilson, le label anglais Ace Records propose Here Today!, ses chansons interprétés par un tas d'artistes, tous talentueux. Autant vous dire que cette collection est superbe. Des Tymes (Surf City en 1963) à Darian Sahanaja (Do You Have Any Regrets en 1994) en passant par Rally-Packs (Move Out, Litlle Mustang en 1964), Johnny Wells (Guess I'm Dumb en 1967), Hugo Montenegro (Good Vibrations en 1969) et d'autres plus (ou moins) connus, en sortant des sentiers battus, Ace a fait un boulot admirable. Le bonheur est complet. Absolument indispensable. Une version vinyle (12 titres) est parue le 6 mai 2016.

BeachBoys.fr Records

Logo BeachBoys.fr Records
Logo : Lorraine Hubert

Beach Boys . fr, c'est aussi une maison de disques ... virtuels !

Girls On The Beach

Summer Colds Vol. 1

[bbfr 14 - Juin 2016]

BeachBoys.fr Records est fier de rendre virtuellement disponible un EP extrêment rare des Beach Boys. Si on en croit les recherches menées par deux spécialistes de la discographie des Boys, Brad Elliott et Peter Reum, renforcées par celles de Panayiotis Bogdanos (Beach Boys Stomp), il existerait deux copies de ce mystérieux disque. Capitol Records aurait peut être envisagé d'éditer cet EP à l'occasion de la sortie du film Girls On The Beach (1965) dans lequel apparaissent nos chers Garçons. Il n'en fut rien. Les deux copies existantes sont pressées avec le label orange et jaune standard utilisé par Capitol dans les années 60. Il ne figure pas de référence sur l'étiquette mais le vinyle présente les numéros de matrice X-268 et X-269.
On sait qu'à l'époque, pour obtenir une récompense type Oscar, un disque physique devait exister. Peut être que ces deux exemplaires ont été pressés dans cet ojectif.

Notes de pochette : Charlie Dontsurf.
Source : Endless Summer Quarterly, #105, Eté 2014.

    Face A :
  1. Little Honda
  2. I Get Around
    Face B :
  1. Lonely Sea
  2. Memphis Beach

A1, A2 & B2 : Extraits de l'album All Summer Long (1964)
A1 : Comme le titre Girls On The Beach, Little Honda apparait dans le film dans une version légérement différente de celle de l'album. Ces deux titres auraient été enregistrés spécifiquement pour le film puis réenregistrés plus tard pour l'album.
A2 & B2 : Ces deux titres ne sont pas utilisés dans le film
B1 : Extrait de l'album Surfer Girl (1963)
B2 : Memphis Beach est le premier nom du titre Carl's Big Chance

Indisponible uniquement en vinyle chez tous les bons disquaires.

Pier Pressure (No Pier Pressure Redux)

Brian Wilson Pier Pressure

[bbfr 13 - Février 2016]

L'industrie musicale, ou ce qu'il en reste, abreuve le marché de multiples éditions du même album. Le must du must est parfois l'Edition Deluxe qui offre des titres en bonus et pour laquelle le fan transi doit réouvrir son porte-monnaie.
Chez BeachBoys.fr Records, nous ne mangeons pas de ce pain là. Plus simplement, nous innovons et inventons l' Edition Redux ou moins de chansons pour le même prix.
Nous avons été assez durs à sa sortie avec le dernier album de Brian Wilson, No Pier Pressure mais il faut bien avouer que le temps l'a très bien bonifié (sans pour autant en faire un très grand vin). Néanmoins, pour cela, il n'a pas fallu hésiter à lui enlever quelques scories, quelques épines, quelques navets. Alors adieu, entre autres, le pathétique Runaway Dancer, les duos dangereux comme Saturday Night avec Nate Ruess et, même Sail Away parce que, désolé, Blondie C., mais là, ta voix, non, ce n'est vraiment pas possible.
Il reste douze titres qui, plutôt bien agencés, ont bercé notre été 2015. Profitez-en aussi.

Compilation : Charlie Dontsurf
Notes de pochette : Charlie Dontsurf

    Face A :
  1. This Beautiful Day
  2. The Right Time
  3. Half Moon Bay
  4. On The Island
  5. Whatever Happened
  6. Tell Me Why
    Face B :
  1. I'm Feeling Sad
  2. One Kind Of Love
  3. Love And Mercy
  4. In The Back Of My Mind
  5. Guess You Had To Be There
  6. The Last Song

A1 - B6 : Edition Deluxe de l'album No Pier Pressure (2015)

Indisponible uniquement en vinyle chez tous les bons disquaires.

That's Why God Revisited The Radio

That's Why God Revisited The Radio

[bbfr 12 - Février 2016]

Nous savons que certains des titres de No Pier Pressure, le dernier album solo de Brian Wilson, étaient initialement prévus pour un second album des Beach Boys 50. Nous savons tous comment l'histoire de ces Beach Boys là s'est terminée. Nous avons pensé qu'il était possible de remplacer avantageusement deux titres faibles de That's Why God Made The Radio, Beaches In Mind et Daybreak Over The Ocean par deux issus du dernier effort wilsonien, Whatever Happened et The Right Time qui nous paraissaient bien plus dans l'humeur de l'album de 2012.
Et c'est ainsi que nous avons simplement revu et corrigé la radio, sans autant nous prendre pour un Dieu quelconque.

Compilation : Charlie Dontsurf
Notes de pochette : Charlie Dontsurf

    Face A :
  1. Think About The Days
  2. That's Why God Made The Radio
  3. Isn't It Time
  4. Spring Vacation
  5. Whatever Happened
  6. The Right Time
    Face B :
  1. Shelter
  2. The Private Life Of Bill And Sue
  3. Strange World
  4. From There To Back Again
  5. Pacific Coast Highway
  6. Summer's Gone

A1 - A4 & B1 - B6 : Beach Boys, That's Why God Made The Radio (2012)
A5 - A6 : Brian Wilson, No Pier Pressure (2015)

Indisponible uniquement en vinyle chez tous les bons disquaires.

The Solo Years

The Solo Years

[bbfr 11 - Août 2015]

Brian Wilson, les années solo, 1988-2015.
Un choix âprement débattu par les membres de la liste de discussion Petsounds-fr. Un choix pas si simple à faire, finalement. Si nous avons été parfois difficiles, voire durs avec les albums solo de Brian Wilson, force est de reconnaître qu'ils regorgent de sublimes et de toute beauté chansons.

Compilation : Petsounds-fr
Notes de pochette : Charlie Dontsurf

    Face A :
  1. Love & Mercy
  2. Midnight's Another Day
  3. Soul Searchin'
  4. Orange Crate Art
  5. Rio Grande
    Face B :
  1. Southern California
  2. Melt Away
  3. Lay Down Burden
  4. Gettin' In Over My head
  5. Meet Me In My Dreams Tonight
  6. The Last Song

A1, A5, B2, B5 : Brian Wilson (1988)
A2, B1 : That Lucky Old Sun (2008)
A3, B4 : Gettin' In Over My Head (2004)
A4 : Orange Crate Art (1995)
B3 : Imagination (1998)
B6 : No Pier Pressure (2015)

Indisponible uniquement en vinyle chez tous les bons disquaires.

Live On Tour, 1966

Lonely Sea

[bbfr 10 - Mars 2015]

Université du Michigan, Hill Auditorium, Ann Arbor, le 22 octobre 1966, deux shows au cours desquels les Beach Boys présentent pour la première fois en public le nouveau simple, Good Vibrations. Brian Wilson est présent, en coulisse, pour superviser l'enregistrement des concerts pour un album live qui ne verra pas le jour. La set-list embrasse toute la carrière des Boys à date. Dennis Wilson assure le lead-vocal sur la reprise des Beatles, You've Got To Hide Your Love Away. Brian rejoint le groupe sur scène pour le rappel, une reprise de Chuck Berry, Johnny B. Goode. Les Beach Boys en toute simplicité et dans une certaine nudité, sans overdub de studio. Trois jours après, le groupe jouait l'Olympia de Paris (France).

Compilation et notes de pochette : Charlie Dontsurf
Photo : Bill Yerkes

    Face A :
  1. Help Me Rhonda
  2. I Get Around
  3. Surfin' Safari/Fun Fun Fun/
    Shut Down/Little Deuce Coupe/Surfin' USA
  4. Surfer Girl
  5. Papa-Oom-Mow-Mow
  6. You're So Good To Me
  7. You've Got To Hide Your Love Away
    Face B :
  1. California Girls
  2. Sloop John B
  3. Wouldn't It Be Nice
  4. God Only Knows
  5. Good Vibrations
  6. Graduation Day
  7. Barbara Ann
  8. Johnny B. Goode

A1, A2, A6, B1-B3, B6 : First Show
A3-A5, A7, B4, B5, B7, B8 : Second Show
Cette compilation est extrait de la Live Box (1965-1968) du label pirate Sea Of Tunes (1998).

Indisponible uniquement en vinyle chez tous les bons disquaires.

The Beach Boys With (Summer Colds Vol. 1)

Summer Colds Vol. 1

[bbfr 9 - Janvier 2015]

Une plage pleine de galets, les vagues au loin, presques absentes ; pas l'endroit idéal pour surfer.
Nos Boys n'ont pas toujours eu besoin des autres pour se ridiculer. Néanmoins, c'est en compagnie de quelques autres artistes que nous avons décidé d'inaugurer cette nouvelle collection, Summer Colds, des ep consacrés à des choses que nous préférerions ne pas avoir vu exister. Cependant, elles sont bien là ces collaborations malheureuses et ces versions improbables. Un ep virtuel qu'on n'est vraiment pas obligé d'écouter.

Compilation et notes de pochette : Charlie Dontsurf.

    Face A :
  1. Little Richard : Happy Endings
  2. Fat Boys : Wipe Out
    Face B :
  1. Status Quo : Fun Fun Fun
  2. Four Seasons : East Meets West

A1 : Extrait de la bande originale du film "The Telephone" (1987)
A2 : Extrait du simple des Fat Boys (1987). Figure aussi sur l'album des Beach Boys "Still Cruisin'" (1989)
B1 : Extrait de l'album "Don't stop" de Status Quo (1996)
B2 : Extrait du simple des Four Seasons (1984)

Indisponible uniquement en vinyle chez tous les bons disquaires.

Lonely Sea

Lonely Sea

[bbfr 8 - Octobre 2012]

Les compilations consacrées aux Beach Boys ne manquent pas et l'actualité récente nous le prouve encore. Néanmoins, certains titres sont toujours ou presque toujours passés à travers le filtre du compilateur. Nous nous sommes penchés sur les 6 premiers albums parus chez Capitol entre 1962 et 1964 pour en extraire quelques pépites qui n'auraient déparé aucun de ces "best of".

Compilation : Dr Faustroll - Charlie Dontsurf.
Notes de pochette de Charlie Dontsurf.

    Face A :
  1. Farmer's Daughter
  2. Noble Surfer
  3. Lonely Sea
  4. Surfers Rule
  5. Your Summer Dream
  6. In The Parkin' Lot
  7. Keep An Eye On Summer
  8. Finders Keepers
    Face B :
  1. Hushabye
  2. Cherry, Cherry Coupe
  3. Ballad Of Ole' Betsy
  4. We'll Run Away
  5. All Dressed Up For School
  6. Girls On The Beach
  7. Don't Back Down
  8. A Young Man Is Gone

A1-A3, A8 : Surfin' USA (1963)
A4, A5 : Surfer Girl (1963)
A6, A7 : Shut Down Vol 2 (1964)
B1, B4, B6, B7 : All Summer Long (1964)
B2, B3, B8 : Little Deuce Coupe (1963)
B5 : Inédit de 1964 paru sur le "twofer" Little Deuce Coupe/All Summer Long (1990)

Indisponible uniquement en vinyle chez tous les bons disquaires.

So Many Years

So Many years

[bbfr 7 - Août 2012]

Premier album signé Brian Wilson sur notre label virtuel.
Cette compilation rassemble pour vous des titres épars enregistrés par Brian au cours des longues années de sa carrière solo. Du plus ancien, Goodnight Irene, une collaboration avec Andy Paley qui date de 1988 au plus récent, la reprise de Buddy Holly, Listen To Me, pour un album hommage, ils ont la particularité d'être ou d'avoir été tous commercialement disponibles. Il est vrai parfois dans de difficiles ou obscures conditions. C'est pourquoi nous les avons réunis ici pour vous.
Et puis, nous avons glissé dans cette pochette virtuelle un petit simple bonus comme nous les aimons : les deux titres enregistrés par la BBC au Buckingham Palace le 3 juin 2002 à l'occasion du Golden Jubilee de la Reine d'Angleterre.
Appréciez !

Compilation et notes de pochette de Charlie Dontsurf

    Face A :
  1. Listen To Me
  2. Heaven
  3. Goodnight Irene
  4. Believe In Yourself
  5. In My Moondreams
  6. What Love Can Do
    Face B :
  1. The Spirit Of Rock & Roll
  2. This Song Wants To Sleep With You Tonight
  3. God Only Knows
  4. California Feelin'
  5. Walking Down The Path Of Live/Love & Mercy
  6. You Are So Beautiful

Bonus : Party At The Palace

    Face A :
  1. God Only Knows (live 2002)
    Face B :
  1. Good Vibrations (live 2002)

A1 : Listen To Me, Buddy Holly (XIII Bis Records/2011)
A2, B6 : Only With You, Dennis Wilson Tribute (ESQ/2008)
A3 : Folkways, A Vision Shared, A Tribute To Woody Guthrie And Leadbelly (Columbia/1988)
A4 : Under Gold, Carl Wilson Tribute (ESQ/2007)
A5 : Pulp Surfin' (Del-Fi Records/1995)
A6, B3 : New Music From An Old Friend (180 Music/2007)
B1 : Songs From Here And Back (Hallmark/2006)
B2 : Do It Again (single) (MCA/1995)
B4 : Classics (Capitol/2002)
B5 : Walking Down The Path Of Life (single) (Oglio/2005)
Bonus 1 & 2 : Party At The Palace (Virgin/2002)

Indisponible uniquement en vinyle chez tous les bons disquaires.

Smiley Smile Revisited

Smiley Smile Revisited

[bbfr 6 - Décembre 2011]

En y réfléchissant bien, sachant que Mrs. O'Leary's Cow, Wind Chimes et Wonderful étaient achevées à l'issue des sessions Smile, on aurait pu avoir un album Smiley Smile bien différent. Brian Wilson avait songé à la fin de l'année 1967 à achever Smile, en vain. Pourtant, réfléchissons un peu, à partir de ce qui était disponible et surtout achevé (pas de mixes à refaire), à ce qu'aurait pu être Smiley Smile.
On aurait eu droit à un album de douze titres, qui aurait été plus solide, et dont les titres « faibles » auraient pu plus facilement être mis sur le compte du psychédélisme ambiant ou sur l'esprit de l'album, qui aurait pu mettre en valeur l'idée de départ, à savoir le rôle curatif du rire. On n'aurait pas eu Smile, mais on aurait eu un album qui en aurait fait office avec le nombre de titres annoncés par Brian.

Compilation et notes de pochette de Fadi

    Face A :
  1. Heroes And Villains
  2. Vegetables
  3. Mrs O'Leary's Cow
  4. She's Goin' Bald
  5. Little Pad
    Face B :
  1. Good Vibrations
  2. With Me Tonight
  3. Wind Chimes
  4. Gettin' Hungry
  5. Wonderful
  6. Surf's Up
  7. Whistle In

A1, A2, A4, A5, B1, B2, B4, B7 : Smiley Smile (1967)
A3, B3 & B5 : Smile Sessions (2011)
B6 : Good Vibrations, Thirty Years Of The Beach Boys (1993)

Indisponible uniquement en vinyle chez tous les bons disquaires.

La suite du catalogue …

Custom Machine


Powered by X-Recherche

Albums Top 15

Les quinze meilleurs albums des Beach Boys choisis par les membres de la liste de discussion Petsounds-fr
Classement de Mars 2013
(entre parenthèses, le classement précédent)

1 (1) Pet Sounds (1966)

petsounds

2 (2) Smile (1967/2011)

smile

3 (3) Today! (1965)

today!

4 (4) Sunflower (1970)

petsounds

5 (5) Surf's Up (1971)

Surf's Up

6 (6) All Summer Long (1964)

All Summer Long

7 (7) 20/20 (1969)

20/20

8 (8) Summer Days (1965)

Summer Days

9 (9) Friends (1968)

petsounds

10 (11) Smiley Smile (1967)

Smiley Smile

11 (12) Holland (1973)

Holland

12 (10) Love You (1977)

Love You

13 (13) Surfer Girl (1963)

Surfer Girl

14 (-) That's Why God Made The Radio (2012)

That's Why God Made The Radio

15 (15) Shut Down, Vol. 2 (1964)

Shut Down

Love & Mercy, le film

Affiche du film Love & Mercy

Beach Boys . fr vous recommande …

Madeleines Jeannette

madeleines Jeannette

Sauvées de la disparition par la volonté d'un homme et un soutien populaire via un crowdfunding extraordinaire, les madeleines Jeannette revivent depuis plusieurs mois sur la plaine de Caen. Goûtez, appréciez, elles sont sublimes.

Gomina : Prints

Gomina pochette album prints

Ils ont du talent chez WeWant2Wecords et nous les aimons bien pour ça. Ils ne sont pas allés très loin de chez eux pour découvrir et nous proposer cette pépite de, disons, "groovy pop", toute en voix, toute moderne, toute addictive qu'aucun amateur éclairé des Beach Boys ne saurait laisser de côté. Attention, un amateur éclairé en vaut deux dans l'obscurité : série limitée pour ce beau vinyle (150 ex.). Pour découvrir, nous vous conseillons cette chronique et pour acheter, c'est par ici.
(dispo en cd/250 ex.)

Livres

Quelques livres écrits par les éminents membres de la liste de discussion petsounds-fr. Lecture indispensable, voire obligatoire

The Beach Boys

Livre L'enfance pour l'éternité

Première biographie en langue française consacrée aux Beach Boys signée Gaël Tynevez (Camion Blanc, novembre 2002).

Petsounds

Livre Petsounds

Deuxième livre de Gaël Tynevez consacré à l'album Petsounds (Autour du Livre, collection Cahiers du Rock, juin 2007).

Rock et Politique

Livre Rock et Politique

Premier livre de Julien Demets consacré à une impossible cohabitation (Autour du Livre, collection Cahiers du Rock, juin 2011).

Ye-Ye Girls of '60s French Pop

couverture du livre Yé-Yé Girls

Un passage en revue subjective des filles du Yé-Yé par Jean-Emmanuel Deluxe. Superbe iconographie.
Livre en anglais.

Bubblegum & Sunshine Pop

Livre Bubblegum & Sunshine Pop

Un livre sucré de Jean-Emmanuel Deluxe consacré à la pop qui colle aux doigts (Autour du Livre, collection Cahiers du Rock, mars 2008).

Quelques nouvelles ...

Livre Quelques nouvelles de Régis Tytgat

Régis Tytgat nous donne de ses nouvelles. Et il est conseillé d'en prendre.
Un voisin encombrant. Un braqueur maladroit. Un chaperon rouge trop audacieux. Un lutin qui attend Noël. Un Placard pour la vie. Un réveil dans une chambre inconnue ... Quelques histoires d'humour et de suspens.

Autres auteurs ... Lecture également indispensable, voire obligatoire

L'Anti-Discothèque Idéale

Livre L'Anti-Discothèque Idéale

En novembre 2015, est paru aux Editions GM un bien bel ouvrage signé Christophe Conte, des Inrockuptibles, intitulé L'anti discothèque idéale et sous-titré 100 chefs-d'oeuvre auxquels vous avez échappé !. On sait l'homme de bon goût et le choix est magnifique. On y trouve l'album d'American Spring sorti en 1972 et produit en partie par Brian Wilson. La pièce centrale du livre, il est le seul à occuper plusieurs pages, est l'album de Dennis Wilson, Pacific Ocean Blue (1977). Pour l'occasion, la Fnac a proposé une édition spéciale dans laquelle est inséré un cd dudit disque.

In A Lonely Place

Livre Michka Assayas In A Lonely Place

L'excellente maison d'édition Le Mot Et Le Reste a demandé à Michka Assayas de réunir certains de ses écrits rocks dans ce nouveau livre, In A Lonely Place.
Pour bien faire, l'ouvrage commence par le cultissime article paru dans les Inrockuptibles, n°38, été 1992, intitulé La Symphonie Inachevée. A cette époque, Michka Assayas rencontre, pour une interview rare, Brian Wilson, et nous conte ça en plusieurs feuillets.
Pour le reste, et comme l'indique la 4ème de couverture, le livre est une anthologie de ses meilleures chroniques parues depuis le début des années 1980 jusqu'aux années 2000, dans Rock & Folk, Les Inrockuptibles, VSD et Libération. Au programme, Joy Divison/New Order, U2, Roxy Music et bien d'autres.

Dark Stuff - L'Envers du Rock

Nick Kent Dark Stuff

Nick Kent a compilé dans ce livre certains de ses articles parus notamment dans l'hebdomadaire anglais New Musical Express. Le livre est paru initialement en 1996 chez Austral dans sa collection X-Trême avant d'être réédité dans une version augmentée dix ans plus tard par Naïve.
Les 100 premières pages sont consacrées au long portait de Brian Wilson, intitulé Derrière la légende dorée des Beach Boys, la vraie vie de Brian (Wilson).

Liens

Petsounds-fr

La mailing liste francophone consacrée à la musique de Brian Wilson, des Beach Boys et à tout ce qui s'y rapporte de près ou de loin ... rejoignez-la !

Cliquez ici pour rejoindre petsounds-fr

Cliquez ici pour rejoindre petsounds-fr

Remerciements

  • A Brian Wilson, Carl Wilson, Dennis Wilson, Alan Jardine, Mike Love, Bruce Johnston et David Marks. Sans oublier Blondie Chaplin & Ricky Faatar. Accolade à Jeffrey Foskett.
  • Aux différents courageux contributeurs, tout spécialement à Gérard Hubert pour ses régulières et précieuses informations et à Kokomo pour ses précisions discographiques.
  • A Lorraine Hubert pour le logo de BeachBoys.fr Records
  • A Ubu Dance Party qui nous héberge gracieusement.
  • A Erwin Aligam pour le modèle qui sert de base à la construction de ce site.